Voyage au bout du jour - Béhémoth

Publié le par Zaroff

 

La mort de sa femme hantait Philippe jour et nuit et il pensait trouver l'oubli en roulant jusqu'à cette île d'Ouessant que le soleil éclaire de ses derniers rayons avant de s'enfoncer derrière l'horizon. Mais sur sa route, il croisa Liane, la fille aux yeux pâles. Ils furent désormais deux à fuir leurs souvenirs. Et lorsqu'ils franchirent la mer pour gagner Ouessant, l'horreur tentaculaire tapie dans les abysses se mut à leur rencontre. Décidément, il est des voyages qu'il vaut mieux ne jamais entreprendre, surtout s'ils vous conduisent jusqu'au bout de la peur et jusqu'au bout du jour...

Bof, bof, bof... Ce bouquin de Béhémoth (alias Corselien, Kaa, de son vrai nom Pascal Marignac) possède une bonne mise en scène lovecraftienne (un poulpe géant sur l'Île d'Ouessant, au large de Brest) mais beaucoup de points restent obscurs. Lecture assez vite ennuyeuse malgré une atmosphère bien développée en première partie.

Commenter cet article

L
Fait assez rare pour être signalé, nous sommes en total désaccord au sujet de ce livre.
Je viens de le relire - et d'en réaliser une petite chronique - et il m'a causé une aussi forte impression que la première fois. Au contraire des poulpes lovecraftiens, le Béhémoth-Kraken ici utilisé ne relève en rien de la très suggestive horreur cosmique chère à l'auteur de Providence. Il n'est ici qu'un symbole, une extension d'un mal bien humain. C'est ce qui intéresse Pascal Marignac, et qu'à mon avis il retranscrit à merveille dans ce grand roman nihiliste et halluciné.
Essaie quand même de lire d'autres livres de cet auteur, et je suis certain que tu finiras par comprendre pourquoi je l'admire à ce point. ;)
Répondre