Crève majorette, crève... - John Russo

Publié le par Zaroff

 

Dieu lui avait confié une mission : châtier les femmes pour leur concupiscence. Ainsi, il leur épargnait les flammes de l'Enfer en accomplissant_ une action de grâce. Il se purifiait, en quelque sorte, en dépeçant ces jeunes corps dont les spasmes d'agonie éveillaient en lui de bien étranges sensations. Et lorsqu'il allait voir les majorettes à l'entraînement, il se disait que Dieu, décidément, avait bien fait les choses : il y avait tant de filles à châtier...

Bof, bof, bof... L'auteur de la célèbre trilogie consacrée aux morts-vivants adopte une intrigue différente et s'apparentant plutôt à un polar semi-gore. On en a tiré un film nommé "The Majorettes" en 1987 (soit huit ans plus tard que la sortie du bouquin) qui ne casse pas des briques mais qui contentera les adeptes du genre. Un psycho-killer viole et tue des majorettes pour des raisons particulières. Les personnages sont grossièrement esquissés, notamment l'infirmière Helga et je ne parle pas de la bande de voyous dirigée par Mace Jackson.

Quelques scènes sont violentes sans parvenir à terrifier le lecteur aguerri. C'est un bouquin assez insipide en somme. Vaut mieux se rabattre sur un film du style "Trauma" pour le côté huis-clos entre la vieille femme et son bourreau féminin. Le seul intérêt de ce livre est la magnifique couverture qui illustre le premier meurtre sur "la colline des bons coups."

Commenter cet article

A
D'accord avec toi: ce Russo est un peu faiblard.
Sans doute le moins bon roman de la collection Maniac.
Mais en effet, quelle belle couv' de Michel Gourdon, une fois de plus !
Répondre