S.O.B, épisodes 1 à 3 - Jack Hild

Publié le par Zaroff

 

S.O.B : Soldiers Of Barrabas. Trois initiales que leurs ennemis traduisaient par « Son Of a Bitch » selon la présentation de cette série des éditions Hunter (filiale de Harlequin, traduction des éditions Gold Eagle) parue de 1985 à 1986 en France. Je ne possède que les dix numéros (sur 33) traduits en français. Jack Hild est un pseudo-maison utilisé par divers auteurs : Robin Hardy, John Preston... J'ai raflé tout le lot pour deux euros, pourquoi s'en priver ? Et même si les rares commentaires énoncent « que c'est foireux », j'aime avoir ma propre opinion. Nile Barrabas est un ex-colonel de l'armée américaine et dernier officier à avoir quitté Saïgon sous le feu de l'ennemi. Ne supportant plus les politiciens véreux, il opte pour le mercenariat. Walker Jessup étant son contact non officiel au sein de la CIA. Le sortant d'une prison en Amérique du Sud, Jessup lui demande de former une équipe pour une mission spéciale : libérer un opposant emprisonné dans l'île de Kaluba, en Afrique.

 

Alerte pour Barrabas (The Barrabas Run) présente, au fil des chapitres, les dix mercenaires qui rejoindront Nile, né au Wyoming et formidable machine à tuer, maître dans l'art de la guérilla et du sabotage. Neuf soldats aux poches pleines de pognon et une femme. Leurs compétences sont complémentaires : armement et explosifs, pilote de course, navigation maritime, électronique et informatique, artillerie lourde, aviation, arts martiaux... Barrabas leur donne un surnom pour assurer une totale discrétion et impunité : L'Irlandais, Ferrari, Castor, Homme Grenouille, Sorcier, Kamikaze, Arnaqueur, Farfelu, Billy II. La plupart des guerriers sont des adeptes de la boisson (en grande quantité) et lorgnent facilement sur une croupe bien balancée et des nichons fermes et opulents.

On retrouve les SOBs dans le deuxième opus, L'apocalypse selon Barrabas (The Plains of Fire) pour une mission dangereuse. L'Iran possède quatre bombes atomiques et les mercenaires doivent saboter et détruire la base iranienne en donnant l'impression que c'est un accident. Dur à imaginer car les balles vont pleuvoir, les grenades vont pétarader, les mitrailleuses vont cracher leur fiel et les tripes vont sortir de leur habitat naturel ! L'équipe est soudée comme jamais. Hélas, et c'est important de le signaler, on va déplorer la mort de trois mercenaires. Barrabas n'a plus que sept soldats pour combattre et réussir les missions futures.

Dans Les bouchers du Paradis (Butchers Of Eden), on retrouve Barrabas à Ceylan. Il est venu aider sa copine hollandaise Erika dont la filiale d'importation est en difficulté à Ceylan. D'ailleurs, le frère d'Erika participe souvent aux missions de Barrabas, car Gunther est un sacré aviateur. La ville de Colombo est sujette à de nombreux affrontements entre les Cinghalais et les Tamouls. En aidant la famille de l'administrateur local à s'enfuir, Barrabas va connaître un coup du sort : Erika est enlevée par l'ignoble major-général Son Ny et son ennemi juré Karl Heiss. C'est un traquenard pour forcer Barrabas à tomber dans le piège tendu par les hommes du sud-vietnamien. Dans 48 heures, Erika sera tuée (et éventuellement violée, tant qu'à faire). Nile appelle Jessup à la rescousse pour reformer l'équipe. Pris par le délai, Jessup ne parvient qu'à réunir cinq mercenaires sur les sept. Peu de temps après, la troupe progresse dans la jungle poisseuse où les périls seront nombreux. Et le commanditaire de la CIA (Jessup) va trahir Barrabas (fumier) pour de sordides magouilles politiciennes et gouvernementales.

 

Pour se vider la tête, y a rien de mieux ! Bouquins de 220 pages en moyenne. On commence à mieux cibler la personnalité des protagonistes et on voyage dans le monde sans bouger de son plumard.

 

Commenter cet article