Articles avec #lectures zaroffiennes tag

Days - James Lovegrove

Publié le par Zaroff - Commenter cet article et avis postés :

 

Frank Hubble est un Fantôme à la sécurité Tactique de Days. Un Fantôme est un vigile qui se fond dans la masse, surveille les clients en effaçant sa personnalité. Il devient anonyme dans la foule, impersonnel et invisible, et traque les voleurs. Days, sept étages, sept millions de mètres carrés, 666 rayons est le plus grand centre commercial du monde et est régi par sept frères reclus au septième et dernier étage du magasin.

Nous suivons Frank Hubble qui a décidé de démissionner puis un couple qui vient d’obtenir une carte Silver au prix d’économies énormes durant des années. La couleur de la carte définit votre statut social. Le rêve de chacun est de pouvoir entrer chez Days et de participer aux ventes flashs et d’acheter tout ce qui est possible. Les exclus errent devant les vitrines extérieures comme des âmes en peine. Toute l’intrigue se déroule sur une journée. James Lovegrove est « au XXIème siècle ce que Ballard fut au Xxème » ; c’est marqué au dos du bouquin paru chez Bragelonne. Faut pas déconner non plus ! Certes ce bouquin est intéressant mais il dispense une intrigue qui ne révolutionne pas le genre et n’aura jamais la puissance évocatrice et politique d’un 1984 d’Orwell ou d’Un bonheur insoutenable d’Ira Levin. C’est bien écrit, on passe un bon moment de lecture mais guère plus. A lire pour la curiosité.

Voir les commentaires

Maïk, chez les SS - Maïk Vegor

Publié le par Zaroff - Commenter cet article et avis postés :

 

Mon seul et unique bouquin de chez Terrific. Mon avis est mitigé. D'une part, les scènes de mutilations sont horribles mais répétitives. Camp de nazis sur une île du Pacifique après la guerre. Le Reichsführer Heinrich Schwarz a pris le relais. Maïk Campbell, une biologiste, est enlevée avec son mari mort vivant. Ils se retrouvent au coeur de la jungle, en Amazonie, dans le Mato Grosso. Expériences médicales sur des déportés, tortures, éventrations... dans le but de créer L'Homo-Aquaticus, un SS capable de respirer sous l'eau ! Bouquin ambigu car Maïk dénonce le système carcéral mais possède un sadisme inégalé et prend plaisir à expérimenter des tortures sur les prisonniers. En parallèle, son mari ressuscité doit absorber du sang sous peine de devenir violent et cruel. On peut aussi ajouter des scènes de cannibalisme avec des indiens Jivaros et une petite allusion sexuelle : une modeste pipe sur un gardien SS dans l'hélicoptère (rien de croustillant !).

L'écriture est vive, le vocabulaire assez étendu (notamment sur les termes chirurgicaux) mais l'ensemble devient vite redondant malgré quelques fulgurances (les Jivaros sont experts dans l'art de faire souffrir). La fin finit en peaux de zob et laisse préjuger d'une suite qui ne verra jamais le jour (Maïk et le Dr End, sixième volet à paraître).

Pour ma part, l'expérience s'arrêtera ici !

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14