Articles avec #fleuve noir tag

Ballade pour un glandu - Yann Menez

Publié le par Zaroff - Commenter cet article et avis postés :

 

Soyez heureux ! On veille sur vous, sur votre nourriture quotidienne, vos loisirs, votre sexualité, votre sommeil, vos états d’âme. Souriez ! Vous êtes beaux, jeunes, dynamiques. On a tout fait pour ça : ravalé votre pauvre gueule, affiné votre silhouette dégueulasse… Souriez ! Souriez ! Souriez ! Et si vous n’aimez pas ça, vous avez toujours la possibilité de vous barrer en forêt. Une vie libre, pimentée, dangereuse… Si vous y laissez la peau, c’est pas grave. Faut bien mourir de quelque chose, non ? Vous râlez, en plus ? Pauvre glandu…

Mon avis est mitigé sur ce roman. Une cité aseptisée, des Psycho-prêtres pour vous faire la morale, le Pouvoir Démocratique à Visage Humain est là pour vous faire vivre mieux. Rolf ne supporte plus cet état végétatif et décide de s'enfuir dans la forêt en parvenant à éviter le tir des Défenses Extérieures. Peu après, il s'associe à une bande et sème la mort. Mais leur survie est précaire... pour de multiples raisons.

L'écriture est simple et écrite au présent. Ça se lit bien malgré une intrigue linéaire et convenue. On peut regretter une fin trop rapide également. Au final, c'est un bon petit bouquin qui ne vous laissera pas un souvenir impérissable. Mais il tient son rôle de littérature populaire et vous fera passer deux bonnes heures agréables. Si vous aimez ce style de récit d'anticipation, je vous conseille plutôt de lire "Le son du cor" de Sarban.

Voir les commentaires

Le baigneur - Jean Mazarin

Publié le par Zaroff - Commenter cet article et avis postés :

 

Le baigneur est un livre marquant et dur malgré son aspect fantastique. Un réparateur de poupées anciennes est condamné à revivre le douloureux passé vécu par son grand-père en 1942. Par différents paradoxes temporels, le personnage principal revit les évènements de la rafle du Vel d'Hiv en se retrouvant dans la peau de plusieurs protagonistes. Petite fille déportée, commandant S.S... il se trouve plongé dans l'hypocrisie et la délation contre les Juifs, cinquante ans avant. C'est un bouquin au ton suranné mais qui dispense une atmosphère troublante et angoissante. Je vous recommande cette lecture sans hésitation.

Les polars de Jean Mazarin (alias Emmanuel Errer ou encore Nécrorian) ne sont jamais aussi bons que lorsque l'intrigue se déroule durant l'occupation. Dans le même ton, on peut lire aussi "Collabo-song" ou encore "Un détour par l'enfer." Vous l'aurez compris, j'admire cet auteur aux multiples facettes. Et je suis fier d'avoir une dédicace de cet écrivain pour Blood-sex.

Voir les commentaires

Dans le ventre de la bête... - David Rome # S.C.U.M 06

Publié le par Zaroff - Commenter cet article et avis postés :

 

J'ai une terrible envie de chialer et de m'ouvrir les veines avec ma tondeuse électrique. J'ai la tristesse de vous chroniquer l'ultime et sixième S.C.U.M de la série. David Rome termine de fort belle façon cette série par un démarrage très brussolien dans Central Park où des terroristes féminines pro-palestiniennes ont en otage cinquante autres femmes américaines. Le carnage devient vite insoutenable, les forces de police sont en déroute et le zoo éventré et piégé vomit ses fauves, crotales et autres bestioles vers le coeur de Manhattan.

Ensuite, le récit reprend le ton normal et pépère des S.C.U.M qui foutent leur bordel dans le Spanish Harlem pour traquer le cerveau du groupuscule armé palestinien uniquement composé de femmes cruelles. On regrette de n'avoir aucune scène de sexe à nous mettre sous les dents, Laetitia Vecci (pourtant présente) reste aussi muette des lèvres que Geneviève de Fontenay dans un congrès du Parti Communiste.

Bon ben voilà, c'est fini ! Y en a plus à lire des S.C.U.M. Si quelqu'un a le numéro personnel de Joël Houssin, il peut l'appeler et lui demander d'en écrire d'autres ? Pitié ! Je suis prêt à lui offrir mon corps musclé et huilé dans des ébats torrides et enfiévrés à l'arrière d'une AMI 8, version Club !

Voir les commentaires

Mourir à Palerme - David Rome # S.C.U.M 05

Publié le par Zaroff - Commenter cet article et avis postés :

 

En regardant cette couverture digne d'un plagiat de Schwarzy défouraillant du métal dans son Commando, on sent que ce bouquin ne va pas relater l'historique du canevas et de la broderie depuis la Renaissance ! Les S.C.U.M vont encore foutre leur bordel en plein Paris après avoir quitté l'Afrique et ses putains de nègres à leur précédente aventure.

Le cœur de l'intrigue est de l'héroïne irradiée au plutonium. Après avoir enlevé une femme mourante à l'hôpital Saint-Louis et semé plusieurs cadavres dans leur sillage, les S.C.U.M retrouvent l'infâme Yezhoda du KGB. Ils remontent les filières d'un trafic nucléaire iranien.

Ce cinquième opus est moins bon que les précédents. J'ai trouvé l'intrigue assez pépère et relativement banale. Le ton est proche d'un S.A.S car tout le final se passe en Sicile dans la propriété d'un capo, chef incontesté dans le milieu de la drogue palermitaine. En parallèle, les S.C.U.M combattent iraniens et maffieux tandis qu'en sous-marin Fairfax négocie des millions de dollars entre les américains et les russes. Le contrat est juteux contrairement au bouquin somme toute pas terrible et qui ressemble à des restes de la veille réchauffés vite fait sur le gaz !

Voir les commentaires

Pour qui ricanent les hyènes... - David Rome # S.C.U.M 04

Publié le par Zaroff - Commenter cet article et avis postés :

 

Incontestablement, cette couverture est de loin la meilleure des six opus. L'histoire sera-t-elle à la hauteur de l'illustration ? Eh bien, c'est ce que nous allons voir mes amis invisibles ! Le premier volume se déroulait en Europe, le second au Japon, le troisième au Liban et Égypte et celui-ci en Afrique. Autant dire que le S.C.U.M forme sa jeunesse !

Le prologue démarre fort car il débute par un cunnilingus ! Puis l'homme se fait massacrer par un géant noir nommé Barnabé King. Il l'éventre et retire des organes. Et voilà nos membres du S.C.U.M en vadrouille à Abidjan partis traquer un vieux nazi épidémiologiste qui inocule un virus à des putes qui couchent avec des blancs. Autant dire que ce bouquin est truffé de réflexions racistes et sur la nécessité vitale du commando à détruire tous les noirs qui osent croiser leur route.

Sexe, bains de sang, filatures, bordels et traquenards... les S.C.U.M ne chôment pas dans la capitale ivoirienne. Laetitia Vecci donne beaucoup de ses charmes pour soutirer des informations précieuses et prendre son pied lorsque la nymphomane est conquise par de belles femmes à la peau ambrée.

Le final est une apothéose digne d'un Apocalypse Now avec ses hélicoptères PUMA et ses bombes au napalm. David Rome écrit comme les mitraillettes gavées de plomb : en saccade et en musique. Il ne manque plus que du Wagner pour lire les derniers chapitres. L'auteur ne perd rien en puissance visuelle et le lecteur prend toujours autant de plaisir à lire ces aventures sanglantes et viriles. Et dire qu'il ne me reste que deux bouquins des S.C.U.M ! Et après je fais quoi ? Je me suicide ? Comment vais-je tenir jusqu'à ma retraite capitalisée sans des S.C.U.M inédits ? David (Joël) Rome (Houssin), tu fais chier grave !...

P.S : cette couverture de Melki est ma préférée de la série. Elle déchire sa race. C'est beau comme une affiche des Morfalous.

Voir les commentaires

Opération Satan - David Rome # S.C.U.M 03

Publié le par Zaroff - Commenter cet article et avis postés :

 

Troisième opus du S.C.U.M après avoir quitté nos mercenaires préférés au Japon. Cette fois, nos joyeux drilles ont pour mission de récupérer une princesse jordanienne, descendante de Mahomet aux mains du Hezbollah dont elle cautionne la cause au détriment de son pays natal. Elle accompagne le troisième terroriste le plus recherché sur Terre.

Nous avons l'honneur de découvrir un nouveau membre occasionnel du S.C.U.M : Isaac Jewison, "un nègre, juif, apatride et capable de piloter n'importe quel engin volant." Pas de temps mort dans ce bouquin beyrouthin. Ross et ses potes défouraillent, mutilent, grenadent, mitraillent et découpent des musulmans par centaines de kilos de chair.

Les complots se nouent entre égyptiens, israéliens, phalangistes, russes et syriens. Le seul mot d'ordre de Mark Ross : le pognon ! Après avoir écumé Beyrotuh de long en large, le S.C.U.M achève sa mission au Caire. Vous aurez même droit à l'interrogatoire d'une terroriste pas piqué des vers : découpe au rasoir, coups dans la gueule, coups de crosse, coups de rangers dans les côtes... il n'y a que le saucisson de porc frotté sur sa chatte épilée qui aura raison du mutisme de la kamikaze en attente de la fatwa, le droit au suicide. Bref, ce ne sont pas des poètes ! Mais tant que les Arabes s'entretuent, le S.CU.M est ravi : il a du boulot et la paie tombe par millions de dollars cash.

Voir les commentaires

Le soleil ne se lève plus sur Tokyo - David Rome # S.C.U.M 02

Publié le par Zaroff - Commenter cet article et avis postés :

 

Melki, l'illustrateur mythique de la série des S.C.U.M s'est fortement inspiré de Terminator pour cette couverture... sauf que l'histoire de cet épisode se passe au Japon, où un attentat est décrit dans le prologue, au sein de l'usine Kawasaki. Nous retrouvons nos joyeux drilles du S.C.U.M au bord d'une piscine d'une villa de la Côte d'Azur. La nymphomane Vecci lorgne encore et toujours sur le string en lycra de Mark Ross, les jumeaux autrichiens Sig-Sauer accompagnent le petit vietnamien Tran Phan Thi qui sirote un cocktail "capable d'envoyer tout un régiment à l'asile." Soudain le lieutenant-colonel Fairfax surgit avec un dénommé Kato Seiji, trésorier du service de sécurité japonais, au sein du Naicho.

Ce bouquin est boosté aux amphétamines car tout le déroulement se passe en une nuit, avant que le soleil ne se lève dans la capitale japonaise. Le S.C.U.M met les petits plats dans les grands et affrontent la police, la pègre, les yakusas, des miliciens, des maffieux, des cabarets miteux pour trouver le Chef impitoyable surnommé "la momie". Il est de mèche avec les russes pour installation de bases militaires et régulation des trafics de drogue. On retrouve avec grand plaisir les membres du S.C.U.M dont Kevin Saro, le James Bond du Poker, tricheur génial et racé. Une fois de plus, Mark Ross joue de sa bite gigantesque pour parvenir à ses fins et infiltrer ses ennemis. Le final est endiablé lorsque les mercenaires pénètrent dans la forteresse imprenable de Michima Oï, qui a enlevé Fairfax. Et là, David Rome nous sort le grand jeu : terrain miné, douves avec piranhas, chiens sauvages équipés d'explosifs, caméras thermiques et lance-roquettes, soldats et artillerie lourde. Mais le S.C.U.M va employer toutes les ruses pour dénicher le cerveau.

Voir les commentaires

La variole rouge - David Rome # S.C.U.M 01

Publié le par Zaroff - Commenter cet article et avis postés :

 

Enfin une série virile parue au Fleuve Noir Action entre 1986 et 1988 d'un certain David Rome. Six bouquins uniquement, mettant en scène le S.C.U.M (Special Commando Unlimited Mission), groupuscule aultra-violent apatride, anti-terroriste, sans aucun contrôle officiel, d'origine inconnue dont la mission principale est d'infiltrer et anéantir les groupes terroristes. Sous le pseudonyme de David Rome, on reconnaît le style brutal et déjanté si cher à... Joël Houssin ! Eh oui, c'est bien lui l'auteur de la saga Doberman. Mais S.C.U.M ça claque et c'est machiste. C'est du S.A.S plus testiculé. C'est pas une littérature pour tapettes ou végétaliens en quête d'absolu.

Dès les premiers chapitres, les personnages principaux sont en place. L'agent de liaison : le lieutenant-colonel Fairfax, "Lui, le seul et unique intermédiaire entre le monde civilisé et le Special Commando Unlimited Mission... le commando le plus cher, le plus redoutable et le moins contrôlé de toutes les unités anti-terroristes", militaire muni d'une jambe d'acier (membre emporté par une mine Claymore) et homosexuel. Il contacte Mark Ross, chef du S.C.U.M, ancien polytechnicien reconverti acteur de théâtre pornographique, au sexe hypertrophié qui fait la joie des actrices.Suite à un accident de bagnole, sa femme est un légume vivant et sa petite fille est morte.

Puis vient Brit, un jeune rouquin hooligan, ancien membre du National Front auprès de Lincoln Hurst. Ce nazillon est recherché par la mafia car il a empalé une mamma italienne avec la hampe d'un drapeau durant les incidents du Heysel, tribune Z ! Bref, la mission démarre pour cause de variole ! Des membres dissidents de l'Organisation Armée contre le Communisme International ont recruté les membres les plus actifs des organisations d'extrême-droite européenne (P.O.E, H.I.A.G, M.S.I, N.P.D, National Front, mouvement O.D.E.S.S.A) pour former le Front Armée Noire (F.A.N). Par le biais du professeur Holborn, sympathisant nationaliste et de Lincoln Hurst (le salopard), une quantité importante de virus variolique lyophilisée a disparu des laboratoires de l'unité 24 et de diffuser ce virus en France. Depuis 1980, la vaccination obligatoire n'est plus en règle et la durée de l'immunité vaccinale n'excède pas trois ans. On prévoit 30 à 40 millions de morts !

Y a un passage qui m'a fait hurler de rire lorsque Mark Ross et Brit viennent chercher Laetitia Vecci, une espionne nymphomane retirée dans un asile de fous pour se reposer. Le médecin est ennuyé car son traitement commence à faire des effets. Lisez cet extrait :

"Bref, elle va beaucoup mieux. Il faut impérativement lui éviter les tentations et, j'insiste sur ce point, ne plus lui parler de sexe. La moindre allusion la fait monter comme du lait sur le feu. Vous me comprenez ?

— Parfaitement.

— Je ne voudrais pas qu'une maladresse gâche des semaines de travail, insista le médecin.

— Vous pouvez compter sur moi, affirma Ross.

Le toubib hocha la tête, à moitié convaincu. Il poussa la porte de la chambre et s'effaça pour laisser entrer Ross. Laetitia était allongé sur son lit et feuilletait distraitement une revue de jardinage.

— Alors, salope ? gloussa Mark. Toujours le feu au cul ?"

Le ton est donné ! L'action est explosive et monte en puissance durant les 22 chapitres tandis que de nouveaux personnages font leur apparition entre les bains de sang et les parties de baise : l'israëlien Attalli, les frères jumeaux Sig Sauer, le tueur silencieux vietnamien Tran Phan Thi, l'espionne nazie lesbienne Alexandra Von Shuster ou encore le chef du K.G.B, le général Yezhoda. Le S.C.U.M poursuit la trace de trois terroristes (Alexandra, Lincoln Hurst et Guliani) porteurs d'un tube de variole pourprée. Deux pistes s'avèrent fausses tandis que le plus cruel, Lincoln Husrt, s'apprête à diffuser son poison durant le concert de l'Huma, la scène se préparant pour un concert des Rolling Stones ! Vous imaginez le carnage entre les prolos, les communistes et les rockers !

David Rome ne nous épargne rien, entre les techniques de crime (allant de l'épingle derrière le lobe de l'oreille et le lance-flammes à bout portant), les ébats sexuels torrides à l'arrière de la Cobra Shelby de Mark Ross, le pistolet silencieux remplaçant le godemiché anal pour faire taire un témoin... Bref, on tape dans du lourd et ça file sans que le lecteur ne s'ennuie une seule seconde. Et, croyez-moi, c'est pas donné à tout le monde de réussir un tel exploit. On en redemande. Suite au prochain numéro...

Voir les commentaires

Les ratés - Gilles Thomas

Publié le par Zaroff - Commenter cet article et avis postés :

 

Commençons par parler de la couverture : celle-ci comporte deux illustrations. En soulevant le premier volet bleu, nous découvrons le dessin dans sa totalité. C'est très original. L'auteur Gilles Thomas (ou Julia Verlanger) est en réalité une femme : Héliane Taïeb, née Grimaître et décédée en 1985. Cette édition est un Fleuve Noir Anticipation, série PANIK.

Dans un futur proche à Paris, un dessinateur publicitaire au chômage décide de répondre à une annonce alléchante. La SARE recrute des cobayes pour des expériences scientifiques et le salaire est très attractif. La France traverse une grave crise économique, le rationnement est partout (électricité, nourriture...) et le danger est mondial (terrorisme, attaques nucléaires, rackets...). Contre l'avis de son amie Lena, Julien décide d'accepter le contrat et part avec cinq autres personnes dans un endroit secret et gardé par des hommes en uniforme.

L'écriture est nerveuse, fluide et les développements narratifs s'enchaînent à merveille. On peut dire que la prose de l'auteure "coule" impeccablement même son peut regretter une conclusion trop hâtive.

Voir les commentaires

Les portes sans retour - Gilles Thomas

Publié le par Zaroff - Commenter cet article et avis postés :

 

Vous aimez les voyages stellaires ? Les planètes sauvages peuplées de monstres ? Des portes gigantesques d'où personne ne revient ? C'est le thème de ce roman de Thomas. De la science-fiction mélangeant un côté Star Wars, Cube et Indiana Jones avec une pointe du Cinquième Élément. Je suis d'un naturel défiant envers les œuvres de space-op mais je dois admettre que ce bouquin est une pure merveille. Missie et Gyall Darra progressent dans un voyage initiatique et intemporel. Les pièges sont nombreux, les énigmes ardues. Les niveaux développent des mondes différents (Paris en 2054, un désert, une ville fortifiée...) pour Gyall parti rechercher le frère de Missie, la riche fille de Tarrent Oléone. Qui se cache derrière les embuscades ? Quel est le secret de ces portes mystérieuses ? Que trouveront-ils au bout de ce périple cruel où la désorientation peut se révéler fatale à chaque instant ? Gilles Thomas parvient à assembler de multiples univers : SF, Fantasy, Terreur, Action, Exotisme... le tout dans une histoire qui tient la route de bout en bout. C'est un bouquin incroyable, haletant et formidablement construit.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>