Écrire : la méthode de Zaroff

Publié le par Zaroff - Commenter cet article et avis postés :

 

Depuis plusieurs années, je teste une méthode personnelle qui me semble efficace. C'est la règle des 500 mots. En dix ou vingt minutes, j’atteins cet objectif et je m'arrête, j'éteins l'ordi et je fais autre chose. J'ai aussi toute la soirée pour lire, m'occuper de mes enfants et ne pas donner le sentiment que l'on passe sa vie devant un écran.
Je rentre du boulot, j'enfile mes 500 mots et bonsoir tout le monde !

Avantages :

Un auteur a déjà connu une frénésie d'écriture durant l'élaboration d'un récit. 2000 mots d'un jet. Puis les jours passent sans écrire. On reprend un peu le bidule, on ne sait plus trop comment le prendre et souvent, par lassitude, le brouillon finit inachevé dans le tiroir.
Les 500 mots permettent de garder une constance dans l'histoire, de penser à ce qu'on va écrire en rentrant. Peu à peu, sans faire attention, le texte prend de l'ampleur.

Dès qu'une page est finie, je l'imprime aussitôt et la garde dans un dossier.

3 mois : 45 000 mots, environ 270 000 signes.
1 an : 190 000 mots, plus d'un million de signes !

Cela permet de garder un rythme d'écriture sans y passer des heures et de faire autre chose, la conscience tranquille.

Essayez donc ! 500 mots et pas plus. Ne vous forcez pas à dépasser votre quota. Cette méthode vous permettra également de décrire plus longuement les scènes au lieu de survoler des passages par ennui ou impatience.

Voir les commentaires

Les fouilles de la peur - Shaun Hutson

Publié le par Zaroff - Commenter cet article et avis postés :

 

Ce bouquin, à première vue, ne semble guère terrible. La couverture ne reflète en rien l'intrigue et il n'y a pas de quatrième de couverture. Mais c'est trompeur les gars ! Shaun Hutson est le Shakespeare du Gore ! Fouilles archéologiques, chèvres éventrées, disparitions d'enfants, mythologie celtique, démons immémoriaux, manoir dans un bois, drogués, flics, bois sombres, meurtres... Hutson a pondu une bonne petite intrigue de type thriller-gore-mytho-celte avec son style bien à lui. Et, c'est rare, la fin est simplement géniale et atroce. Ne vous privez pas de ce plaisir. Hutson a fait autant de bien au roman anglais qu'Hitler en Pologne. C'est pas moi qui l'affirme... c'est une légende urbaine !

Voir les commentaires

Musée des horreurs - S.K Sheldon

Publié le par Zaroff - Commenter cet article et avis postés :

 

Les lèvres de Sarah avaient été tailladées horriblement comme sous l'action de nombreuses lames de rasoir. Le nez avait été découpé et la masse blanchâtre du cartilage était apparente... Et puis, surtout, deux clous rouillés avaient été enfoncés avec force dans les yeux d'où s'échappait une matière visqueuse.

Un bouquin sans prétention lu en une heure. Digne d'un Wax House (La maison de cire), l'intrigue est rondement menée et distille quelques scènes sanglantes mais sans la puissance de feu d'un Ketchum. Dans un village (américain), le Musée de l'Incroyable est dirigé par d'étranges personnes. Tout à fait normal car ce sont des morts ressuscités ! Mais pas des inconnus. Il s'agit de Cromley et de Jack l'éventreur. Sorcellerie, magie noire, porte dimensionnelle... les sacrifices parmi la population s'enchaînent. Rien de transcendant hormis le fait de passer une heure assez divertissante. S.K Sheldon est une femme, c'est l'épouse de Richard Nolane. Avocate, Musée des horreurs est, semble-t-il, son unique incursion dans le gore (ainsi qu'une nouvelle "Écrit dans le sang" parue dans Le bel effet gore, autopsie d'une collection, hors-série, 1988).

Voir les commentaires

<< < 1 2 3