Cosmos Cannibale - Jérémie Grima

Publié le par Zaroff

 

 

 

 

 

 

À ma connaissance, le gore galactique est inédit. L'horreur SF est bien évidemment présente dans divers domaines (BD, cinéma, littérature d'anticipation pour les principaux) mais le gore SF en tant que tel m'est inconnu. Forcément, Jérémie Grima tape fort en nous offrant un « Massacre à la tronçonneuse » revisité et transposé dans l'espace sidéral. Je me suis régalé à la lecture de ce quatrième opus de Karnage. Par son côté visuel, son dynamisme et son impact scénaristique.

 

Endeuillée, Ellen fait un voyage spatial avec son père, sa sœur handicapée, son frère cadet (accompagné de son encombrante et bandante copine) vers Klendathu, un caillou paradisiaque situé à huit millions d'années-lumière de leur colonie sur Perdide. Le trajet devant durer quatre mois, la famille est plongée en hypersommeil (clin d’œil à E.C Tubb et son personnage culte Earl Dumarest ?). Eddie (Iron Maiden serait-il dans les parages !), l'ordinateur de bord capricieux du vaisseau, les réveille car un S.O.S est lancé d'une station en orbite. Le protocole impose aux navigateurs de se détourner de leur trajectoire pour trouver la balise de détresse et couper son signal après vérifications. L'arrimage à cette station orbitale déserte se passe mal et l'équipage est contraint de pénétrer dans ce lieu abandonné de la galaxie.

 

Sauf qu'une fratrie de dégénérés règne dans ce trou à rats. Imaginez les frères Schootswater (« Blood-Sex » de Nécrorian) munis d'une tronçonneuse infernale façon Evil Dead 3 dont la faim insatiable les condamnent à chasser et traquer de la chair humaine dans les coursives ! Très jouissif de suivre les mésaventures du quintuor dans les méandres de cette station en ruine. Angoissant et glauque, le récit nous tient en haleine à chaque page.

 

Jérémie Grima nous propose sa fameuse recette du fromage de tête et je crains qu'il est préférable de décliner sa prochaine invitation à dîner... à moins d'être Hannibal Lecter en personne pour savourer le délicieux ragoût. Foncez sur ce bon petit bouquin sortant des sentiers battus et rendant hommage en sous-couche aux précurseurs comme Tobe Hooper copulant avec H.R Giger. Le boss de Karnage prouve que le gore ne possède plus de frontières désormais. L'univers entier est assez vaste pour contenir nos déviances. Le cannibalisme SF a enfin une place méritée dans la littérature gore populaire. Dieu que ça nous change la vie et nos perspectives !

Commenter cet article