Ténèbres 2015

Publié le par Tak

 

 

 

 

 

Première constatation en ouvrant ce volume : il y a de quoi faire ! Un menu riche et consistant, au point qu’il me serait difficile de présenter chaque nouvelle en détail, car il y a beaucoup à dire sur l'ensemble. Je me contenterai donc d'affirmer que dans l'ensemble j'ai passé un très bon moment. Pour autant, si à mon sens la plupart des textes sont quasiment au même niveau, il serait forcément erroné d'affirmer que je les ai tous appréciés de la même façon (l'histoire habituelle des goûts personnels et sensibilités), mais ainsi en va-t-il de la plupart des recueils ou anthologies.

 

Ça commence de belle façon avec une histoire de zombies au traitement plutôt original et qui malgré le thème éculé, donne vite envie de poursuivre. Ensuite, ça enchaîne magnifiquement avec Péché de Chair de Catherine Robert, gros coup de poing dans le bide (et qui arrache tout le reste au passage), et on continue ainsi de découvertes en bonnes surprises. Avec quelques baisses de niveau aussi, par moments – avec Le Spot de la Mort, par exemple, sur lequel je me suis un brin ennuyé, malgré une idée pourtant plutôt fun à la base. J'ai beaucoup aimé L'Amour, la Haine et la Mer d'Ordures, si Belle, qui se joue effectivement d'une approche poétique barrée à l'image de son titre, pour rester sur une très belle note émotionnelle.

 

Et mention spéciale, en ce qui me concerne, à la très belle La Décharge, tout à fait dans mes goûts, avec son mélange de mélancolie, de fantastique et de terreurs enfantines mais où l'on parle aussi de transmission ou du pouvoir de l'imagination. Un gros coup de cœur pour ce récit (qui est d'ailleurs le plus long du recueil). Très bon moment aussi avec Hanako-San y es-tu ?, de Henri Bé, qui traite intelligemment des mythes urbains à la sauce japonisante, tout en se révélant très efficace et accrocheur :  l'écriture coule, fluide et tranquille, tout en nous plongeant rapidement dans le cœur du mystère sans avoir l'air d'y toucher. Un auteur à suivre de près, assurément... !

 

Pour le reste, pas mal de très bonnes choses aussi : La Tache, par exemple, avec son pitch tout droit sorti d'un épisode de Twilight Zone, ou l'excellente et étrange Corps Étranger de Laurent Morival, à l'efficacité et à la dynamique pernicieuse toute Kingienne – mais à côté aussi de moins bonnes (par exemple certains récits en fin de recueil, dont je ne sais pas trop quoi penser).

 

Je me rends compte, avec le recul, que mes textes préférés sont finalement ceux qui s'éloignent le plus des grandes figures classiques du genre Fantastique/Horreur, pour explorer des territoires plus déviants. Beaucoup d'approches différentes, qui passent par des chemins de traverse et donnent envie d'en découvrir davantage en s'avançant dans ces sombres ornières.

 

Notons enfin la présence au sommaire de nombreuses plumes francophones franchement talentueuses. Qu’ils soient confirmés ou en devenir, tous ces écrivains livrent ici le meilleur d’eux-mêmes. Ce qui, en tant qu'auteur amateur, me donne envie également de me booster pour atteindre le même niveau... Une très belle publication dans tous les cas !

Commenter cet article

Céline 23/11/2020 09:41

Belle chronique ! cela m'intrigue, je prends donc note et te remercie pour la découverte !
P.S.: j'aime bien votre blog qui permet de faire des découvertes livresques hors du commun.

Collectif ZLLT 23/11/2020 16:52

Merci à toi. Tu vas nous faire rougir !