La burlesque équipée du cycliste - H.G Wells

Publié le par Zaroff

 

 

Wells fut un précurseur. Il prédira les batailles aéronavales, les destructions au laser, l'apesanteur et les manipulations génétiques... mais peu de gens connaissent ses satires sociales empreintes d'une touche de poésie comique et désenchantée.

"La burlesque équipée du cycliste" (The Wheels of the Chance) est un roman que je porte dans mon cœur depuis tout gamin. Hoopdriver est un respectable commis dans le magasin de nouveautés de M.M. Antrobus et Cie et s'empresse de satisfaire les moindres désirs de la clientèle. On peut d'ailleurs sourire envers ce patronyme car "Hoop" signifie cerceaux ou, en argot de Dublin, une personne en arrière ; ce qui correspond bien à la nature de notre personnage. Un peu naïf et épris de rêves littéraires puisés dans la lecture de romans d'aventures.

L'histoire débute le 14 août 1895. Hoopdriver présente de nombreuses éraflures et contusions car il s'adonne à une dangereuse passion : la bicyclette ! Notre héros apprend à pédaler sur un vieux biclou capricieux et avide de chutes. Une semaine de congés lui est octroyée. Il met donc à profit ces courtes vacances pour partir en excursion le long de la côte sud anglaise, malgré les railleries de ses collègues. Le premier jour de congé est féérique et débute par une matinée radieuse. Hoopdriver a revêtu son complet de cycliste et prend la route. Les gamelles commencent sur le bord du chemin. Le maniement de l'engin, notamment le freinage, est d'une rare complexité et demande des réflexes, inconnus de notre héros ! Malgré l'enthousiasme enfantin de notre ami à dévaler les routes de Kingston Vale et Kingston Hill, un mal insidieux s'impose, lentement et impitoyablement, autour des genoux et des mollets : les crampes.

Vers Surbiton, il croise la Jeune Dame en Gris, elle aussi montant une bicyclette. Voulant la dépasser (plus par fierté que par exploit sportif) il rencontre une palissade en planches avant de s'écrouler au sol. La jeune femme s'arrête et s'inquiète de l'état du malheureux cycliste avant de filer à son tour. Orgueilleux, il reprend son clou (le vélo est une antiquaille) et décide de la rattraper. D'ailleurs un gamin le croise et lâche une somptueuse réplique non dénuée de raison : "Tiens, un singe sur un gril !"

Arrivé à Esher, il déjeune à l'auberge du Marquis de Granby. Il discute avec un tourbillonnant personnage (dont les théories sur les goûts contemplatifs et les tempéraments actifs sont savoureuses de pertinence) avant de poursuivre son périple sur la route de Ripley. Après un malentendu, notre homme est pris pour un détective par celui qui accompagne la Jeune Dame en Gris. C'est un homme marié épris de la jeune fille. Celle-ci n'est pas amoureuse et cherche à s'enfuir. Hoopdriver l'aide à fuir dans la nuit et fauche les deux bicyclettes neuves du couple. Des nouveaux sentiments apparaissent et le grotesque et absurde Hoopdriver se métamorphose. La jeune femme se nomme Jessie et a dix-huit ans. Hoopdriver s'affuble d'un faux nom et se fait passer pour son frère. Hoopdriver fait désormais dans le chevaleresque et l'onirique. Sauver la damoiselle en détresse au péril de sa vie est devenue sa ligne directrice. Son destrier n'est point un cheval ou une mule mais un simple vélo.

Au réveil, devant sa glace, Hoopdriver fait le bilan de sa vie. Éducation modeste, instruction moyenne, pas de talents particuliers, un physique qu'il décrit comme "un poireau monté en graine et des épaules étroites". Hoopdriver est amer en contemplant son complet de camelote ; ce n'est pas dans ses moyens de jouer les amoureux ! C'est un roman tendre et cruel qui rend Hoopdriver attachant sur le final. Malgré ses espoirs, il retrouve son travail insipide et les portes se referment sur lui.

Commenter cet article

C
Tiens, je n'avais jamais entendu parler de celui-ci de Wells. <br /> Merci pour la découverte avec cette belle chronique : je le note ! <br /> Bonne semaine !
Répondre
C
Il est parfois bon de découvrir les romans méconnus d'un grand auteur. La verve est différente et truculente. C'est le cas pour ce roman précis. Il ravira ton esprit. À lire absolument !