Le clown de minuit - Alain Venisse

Publié le par Zaroff

 

 

 

Tous les amateurs de romans d'horreur connaissent forcément Alain Venisse dont les principales œuvres furent publiées dans la collection Frayeur dirigée par le regretté Jean Rollin. Venisse est un auteur qui reprenait souvent les thèmes fantastiques les plus connus pour en tirer des intrigues bien construites et d'une honnête efficacité. Ce « clown de minuit » a l'avantage d'inaugurer la collection avec ce premier opus paru en 1994. C'est sans doute son unique intérêt car l'histoire est somme toute assez banale. L'image du clown maléfique est ancrée dans notre culture populaire, notamment à cause de la créature de Derry dans « It » de Stephen King. On peut penser également au célèbre tueur en série américain surnommé « The Clown Killer », John Wayne Gacy (qui se déguisait en « Pogo le clown ») inculpé pour le meurtre de 33 jeunes hommes, 21 condamnations à perpétuité et 12 condamnations à mort. Il fut exécuté en 1994 par injection létale.

 

Dans sa préface, Alain Venisse relate l'influence de ce roman : Lon Chaney Sr, grand comédien des années 20. Un jour, on lui demanda ce qu'était la peur chez lui ? Sa réponse fut : « Je suis chez moi. Il est minuit, et j'entends frapper à ma porte. Je vais ouvrir et, dans l'encadrement, je vois sortir de l'ombre... un clown qui me regarde. »

 

 

Malgré les scènes d'horreur bien troussées (surtout celle se passant dans le cabinet d'un dentiste ou encore celle du restaurant avec la friteuse), l'intrigue reste linéaire et sans réelles surprises. On devine très vite l'origine du monstre, qui le manipule et pourquoi. Une fillette paraplégique aux dons de télékinésie (« Carrie »?) qui se venge des personnes de son entourage proche : le médecin de famille, le dentiste, la prof de piano...

 

Néanmoins, en 150 pages, le scénario est complet et ne présente pas d'incohérences. J'ai surtout apprécié l'apparition dans le brouillard lors de l'épisode de la clinique, me rappelant l'atmosphère de « Curse of the Demon » de Jacques Tourneur. Vous l'aurez compris, c'est un roman vite oublié qui a le mérite de revisiter le mythe du clown démoniaque dans le fantastique français. Je vous rassure, Alain Venisse fera beaucoup mieux par la suite.

Commenter cet article

C
Lire la chronique de Lekarr (SF EMOI) :<br /> http://sfemoi.canalblog.com/archives/2013/05/15/27165920.html
Répondre
Z
Salut les amis. En effet, ce n'est pas le meilleur de Venisse mais, comme Lekarr le fait, on a toujours grand plaisir à lire les bouquins de cet auteur. Le boulot est bien fait, ça se lit aisément et les thèmes revisités par Venisse méritent le détour. C'est un écrivain honnête qui ne trompe jamais son public.
Répondre
P
J'ai plusieurs bouquins de cette collection ....sympa dans l'ensemble quand même ....<br /> Il est là l'ami Lekkar .... :)
Répondre
L
Vraiment pas le meilleur de l'auteur (peut-être même le moins bon), mais la scène chez le dentiste : Brrrr !!!<br /> J'en avais d'ailleurs causé sur mon blog.
Répondre