Aux frontières de l'étrange

Publié le par Lester

 

 

 

Aux Frontières de l'Étrange, collection Rama. L'Ivre-Book.

 

 

Merci à Lilian Ronchaud.

 

 

 

 

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

 

Trois auteurs, trois textes sur un thème commun, telle est l’architecture de la collection Rama.

Ce numéro un propose trois nouvelles sur une thématique fantastique.

Véro-Lyse Marcq nous fait entrevoir la peur d’être enfermé vivant entre quatre planches. Philippe Goaz nous entraîne dans un livre dont vous êtes le héros au sein d’une aventure cthulhuesque. Renaud Benoist nous convie à une étrange promenade quelque peu irréelle.

Ne ratez pas votre rendez-vous avec Rama.

 

 

 

L'Ivre-Book Éditions lance une nouvelle collection consacrée aux nouvelles fantastiques, « RAMA », avec un premier volume intitulé « Aux Frontières de l'Étrange ». Le concept est intéressant, car il s'agit en fait d'une mini-anthologie d'une soixantaine de pages regroupant trois auteurs, pour trois textes courts à dominante fantastique. Je dois l'avouer, je suis un grand amateur de nouvelles, et je considère que c'est un genre à part entière, et non un succédané de roman pour lecteurs pressés, ou encore (comme semblent le penser certains éditeurs) l'apanage d'auteurs trop fainéants ou pas assez doués pour produire une de ces « sagas » qui alourdissent les rayonnages des supermarchés de la culture.

 

 

La première de ces nouvelles, intitulée « Ici la Terre » et signée Véro-Lyse Marcq, reprend un thème cher à Edgar Poe, un des maîtres du récit court et horrifique. On suit donc les affres et les réflexions d'un personnage qui s'aperçoit qu'il a été enterré vivant. Ambiance claustrophobe garantie, avec en prime un peu d'humour sardonique. Mais l'affaire se complique à mesure que l'action se précipite : cet ensevelissement est-il dû à une erreur tragique, ou bien une conspiration a-t-elle mené notre malheureux héros six pieds sous terre ? Et surtout, la victime est-elle encore bien vivante ? Une histoire menée sans temps mort, avec un brin de dérision, dommage que certains maniérismes d'écriture viennent parfois sortir le lecteur de l'action.

 

 

La deuxième nouvelle se nomme « Le Héros de l'Aventure », par Philippe Goaz, et nous ramène à l'époque où les petits livres dont le lecteur est le personnage principal constituaient souvent la première approche de l'univers des jeux de rôle. Une distraction innocente, oui, sauf si l'opuscule en question provient de la boutique d'un bouquiniste inquiétant, et qu'il semble chargé de bien étranges pouvoirs. Là aussi, il s'agit d'un un récit intriguant, prenant et addictif. Même si les amateurs du genre ne devraient pas être surpris, l'ambiance d'angoisse de ce récit où plane la patte de Lovecraft vaut le détour.

 

 

Enfin, Renaud Benoist clôt le recueil avec « Promenade ». Du fantastique rural, à la limite du conte, avec le récit halluciné de deux amis partis en balade sur les sentiers du Massif Central. Le parcours leur est connu, les sentiers familiers et faciles, mais qui peut deviner ce qui se dissimule dans une cabane de berger abandonnée dans les montagnes ? Voyage entre le rêve et la réalité, le fantasme et le faux-semblant, cette « Promenade » est la preuve que le fantastique est souvent plus présent qu'on peut le croire, peut-être dans les détails anodins, peut-être dans le regard que l'on porte sur le monde, tout simplement.

 

 

« Aux Frontières de l'Étrange » est donc un petit recueil très recommandable, dont la variété de tons et de style est adaptée aux lecteurs aguerris de fantastique comme à ceux désireux de s'initier au genre.

Commenter cet article