Angst

Publié le par Léonox

 

 

Angst, in Promenons-nous dans les bois… tant que le loup n’y est pas

(Anthologie dirigée par Nicholas Bréard. Éditions Otherlands)

 

 

 

Celles et ceux qui me connaissent savent qu’en matière de littérature, j’aime les moines-soldats. Quand on a été forgé-formé par Philippe Ward et Jean-Marc Lofficier, ça vaut mieux, vous me direz. Certes. Mais, aussi étonnant que ça puisse paraître, le « Noir duo » de la Rivière Blanche n’est pas le seul à s’intéresser à ce que j’écris (voir les deux premiers billets de cette rubrique). Et ce n’est pas tout. Car figurez-vous que mes textes sont aussi appréciés par un certain Nicholas Breard, également connu sous son pseudonyme d’auteur Tim Corey. Or Nicholas/Tim est le créateur des Otherlands, une structure éditoriale collaborative qui se présente en ces termes :

 

« Otherlands est une communauté associative d’auteurs de Science-fiction, de Fantastique et genres dérivés œuvrant autour de projets communs. Elle propose des ouvrages inédits (romans, recueils de nouvelles et anthologies) écrits par une nouvelle génération d'auteurs SFFF. Découvrez la relève du fantastique francophone au travers de livres qui vous feront trembler, frissonner ou pleurer... mais ne vous laisseront pas indifférents ! Plongez au plus profond des Otherlands, ce monde étrange où le paranormal s'invite dans le quotidien... »

 

Nicholas et moi, l’histoire remonte maintenant à quatre ans. Nous avions fait connaissance lors d’un appel à textes dont je reparlerai bientôt. Puis il y eut d’autres échanges. Une nouvelle, notamment, fut proposée. Coup de cœur pour le boss des Otherlands. Mais à l’époque, Noir et rouge était sur les rails, et Philippe Ward m’avait dit qu’il apprécierait d’y voir des inédits. Après réflexion, je décidai donc de réserver ce texte à mon recueil. Un rendez-vous manqué ? Oui et non. Car Nicholas ne l’a jamais oublié. C’est ainsi qu’après avoir passé un an à refondre l’intégralité du catalogue des Otherlands, il m’a proposé de republier cette nouvelle. Noir et rouge étant paru depuis deux ans, j’ai accepté. Angst commence donc aujourd’hui sa deuxième vie, grâce à un homme dont je tenais à saluer le travail acharné et la persévérance désintéressée. Un moine-soldat, je vous disais : ça valait bien un billet, non ?

 

Présentation : Berlin compte beaucoup pour moi, pour toutes sortes de raisons. Il y avait longtemps que je songeais à écrire un texte qui se déroulerait dans cette ville chargée d’histoire, belle jusque dans ses cicatrices. La découverte du site de Teufelsberg m’a donné le déclic. Il ne me restait plus qu’à convoquer des hommes et des loups. Et plus si affinités.

 

Extrait : Il se murmurait que d’anciens Nazis s’étaient regroupés pour mener diverses actions de sabotage. Des individus portant des uniformes SS auraient été aperçus dans la forêt de Grunewald à plusieurs reprises ces dernières semaines, et leur comportement, eh bien, leur comportement… (le docteur Schweinsteiger chercha ses mots)… n’avait pour ainsi dire rien d’humain.

 

Lien d'achat.

Commenter cet article

L
Si je me souviens bien, Teufelsberg est l'une de ces collines artificielles construites à partir des gravats de la WW2. Ta nouvelle pourrait m'intéresser : j'ai passé une année à Berlin et j'en garde de bons souvenirs !
Répondre
A
Lekarr, je suis sincèrement désolé pour cette réponse tardive. Mais seul Zaroff reçoit les notifications du blog, et il ne m'a rien dit. Pour voir s'il y a des messages, il faut que je clique en bas de chaque article, ce que je fais environ tous les trimestres, et c'est comme ça que je viens de découvrir ton message. <br /> Concernant Teufelsberg, tu as tout à fait raison : c'est bien de ce site qu'il s'agit. J'ai trouvé sa genèse fascinante, et j'adore l'endroit où il a été construit (la forêt de Grunewald). En fait, je vis moi-même à Berlin depuis bientôt trois ans, alors je serais d'autant plus heureux de connaître ton opinion à propos de ma nouvelle. <br /> N'hésite surtout pas à te manifester si jamais tu as l'occasion de la lire. En espérant que je ne mettrai pas aussi longtemps à découvrir ton message cette fois...