Noir sur blanc vu par Damien Lagauzère

Publié le par Léonox

 

 

 

L’un des grands mérites de Noir sur blanc, d'Artikel Unbekannt, est d’annoncer la couleur – c’est le cas de l’écrire – dès les premières pages. Par exemple, quand j’ai lu l’expression « Un doigt d'honneur, et trois de ouisquie » j’ai vite compris que ma liste de bouquins à lire allait encore se rallonger. Et ça n’a pas manqué, puisque quelques chapitres plus tard, j’avais finalisé ma commande des deux bouquins de Brice Tarvel parus chez Lune Écarlate, et aussi fait un tour sur le site du Carnoplaste : les bonnes formules marchent toujours sur moi. Ceci dit, non seulement le recueil d’Artikel Unbekannt est composé d’autant de fiches de livres à lire dès que possible, mais il retrace une histoire de ces genres littéraires dont pour ma part je suis loin de connaître tous les détails – même si j'adore lire ce genre d'horreurs.

 

Après avoir fini Noir sur blanc, j’ai réalisé qu’il m'a inspiré plus que je ne le pensais à la base. Outre le fait que je sais désormais où chercher la prochaine fois que j'aurai besoin de références pour finaliser une commande chez Rivière Blanche (entre autres éditeurs) je me suis aussi dit que ce recueil ferait une bonne source pour un étudiant en fac de lettres qui trouverait un prof acceptant un tel sujet. Le tout serait bien sûr de trouver le bon point de départ. Alors, comme je me suis souvenu que dans une vie antérieure, j’ai été étudiant en socio, j'ai cherché… Bon, la réponse ne m'a pas sauté à la gueule comme un facehugger dans l'infirmerie du Nostromo, mais j'ai fini par trouver. En fait, ce bouquin révèle des pistes plus qu'intéressantes dès lors qu'il s'agit de s'intéresser à la structure d'un champ et d'un marché littéraire.

 

Que des livres disparaissent et renaissent plusieurs décennies plus tard sous d'autres titres et pseudo d'auteur, c'est déjà pas banal. Mais il y a aussi un autre axe, qui est celui de la population. Qui sont les auteurs et lecteurs de ces littératures, côté français et US ? Quid du contenu des livres eux-mêmes ? Quelles sont les différences entre les thèmes ? Quelles passerelles entre fond et forme ? (Car il y a forcément des spécificités propres aux auteurs français et US.) Bref, voilà dans les grandes lignes ce que m'a inspiré Noir sur blanc. Merci donc à Artikel Unbekannt d'avoir, l'espace de ces quelques jours de lecture, réveillé l'étudiant en socio qui sommeille finalement toujours en moi. Si Rivière Blanche accepte les stagiaires et que je trouve un sponsor pour financer ma vie d'otium, je reprends mes études !

Commenter cet article