Magie sombre - Gilles Thomas

Publié le par Zaroff

 

 

Ce bouquin sorti en 1977 est un livre à part dans l'univers de Gilles Thomas (alias Julia Verlanger), autrice qu'on ne présente plus. Éliane Taïeb (son véritable nom) est décédée en 1985 et elle est considérée comme la grande dame du fantastique français, de la SF et il est de notre devoir de perpétuer la mémoire de cette femme au talent immense. Originalité de ce roman, Gilles Thomas présente le narrateur de l'histoire comme son voisin. Lors d'une soirée à discuter en buvant du cognac, celui-ci relate une aventure surprenante enregistrée au magnétophone. Gilles Thomas a retranscrit ce témoignage sur papier « mot pour mot, sans en retrancher ou en ajouter un seul. »

 

D'ailleurs, le récit se passe dans la banlieue parisienne, à Chaville plus précisément, lieu de résidence de Julia Verlanger à la fin des années 70. Jef Buron est un jeune homme vivant dans un H.L.M. Garçon épicier, il habite chez ses parents. La famille est modeste, le père bosse à l'usine et la mère au foyer dirige les finances du ménage. Comme elle le répète régulièrement à son mari, il a des goûts de ministre avec une paye d'ouvrier ! Jef a la passion des livres et consacre un maigre budget à son vice. Il parcourt les brocantes et bouquineries pour satisfaire sa boulimie de lecture. Une de ses connaissances lui propose un livre bien étrange : Les Secrets Puissants et Terribles de la Magie.

 

Le grimoire promet de nombreuses choses : obtenir l'amour des femmes, réparer un pucelage, guérir une maladie, chasser les loups, s'enrichir par le commerce. Jef Buron est désemparé car les ingrédients des charmes sont inexistants. Comment dénicher du fiel de cheval, une drachme de sang de vautour, la cervelle d'une huppe, un morceau de corde d'un pendu ou encore du jus d'os humain ? Dans ce siècle moderne où plus personne ne croit à la sorcellerie, comment réaliser ces recettes maléfiques ? Alors Jef se débrouille pour remplacer ces ingrédients introuvables par d'autres. Le sang de vautour devient de l'huile de vidange, un crâne est changé par une tête de poupée. Et ça marche ! Son premier charme est celui de l'enrichissement. Jef gagne un tiercé dans l'ordre. Puis c'est la roulette au casino et un billet gagnant à la Loterie. Son second sortilège est d'amener un succube femelle dans sa chambre pour satisfaire ses envies sexuelles. Hélas, des accidents surviennent peu à peu dans son entourage et les décès se succèdent jusqu'à atteindre un membre de sa famille. Jef comprend vite qu'il est responsable et demande de l'aide à un farfadet.

 

Je disais donc que ce livre est une intrigue à part parmi les thèmes récurrents de Gilles Thomas. D'abord par le style, un mélange d'Auguste le Breton et de Joël Houssin. Un ton urbain libéré qui rend les personnages attachants. Une fable sociale empreinte de magie presque intime. Une autre facette pour découvrir Gilles Thomas sous un angle différent. Ce livre ne révolutionne pas les codes, mais il procure une lecture divertissante. On le referme en se disant : « Merde, c'est déjà fini ! »

 

Commenter cet article

L
Gilles Thomas c'est vraiment le top en matière de SF populaire. J'en ai lu 4 ou 5, mais je sais que je lirai un jour ou l'autre la totalité de ses romans.
Répondre