Une camionnette qui servait de volière - Brice Tarvel

Publié le par Zaroff et l'infâme Léonox

Lire du Brice Tarvel est toujours un délice. Et encore plus lorsqu'il aborde le post-apo. Transposez Tchernobyl à Courpigny et vous obtiendrez un récit dense, burlesque et surréaliste. Du Brussolo avec de la poésie. Le Chaudron, une centrale nucléaire, a foutu la merde un beau jour. Les survivants se démerdent comme ils peuvent avec les moyens du bord. L'auteur brosse un décor misérable avec des personnages merdeux et attachants. La petite Zuzu dont les cheveux poussent plus vite d'un côté, le gros Gobe-Mouche vivant dans une péniche bancale, le vieux Kadou et sa camionnette déglinguée, les Xylolâtres adorateurs des arbres et des buissons, les Scruts qui surveillent ce monde en perdition à bord de dirigeables, Nanachina une droïde coupée en deux qui sert de vide-couilles à Kadou... et d'autres choses qui amènent de l'ampleur au récit : des insectes hallucinogènes, des roseaux qui sifflotent du Beatles, des hommes-taupes, des crève-béton.

 

C'est pourquoi je pense aussitôt à du Boris Vian qui se serait accouplé avec Brussolo ! Un merveilleux bouquin paru chez OVNI au style pouvant rappeler l'excellent « Dépression » d'un certain François Sarkel. On suppose que l'intrigue se passe en France, mais on ne sait pas où ni quand... et, croyez-moi, ça n'a guère d'importance tant l'histoire nous embarque comme jamais. Ce bouquin pourrait être adapté par un Jean-Pierre Jeunet et Marc Caro pour son scénario très visuel et fantastico-rural. Et en bonus, l'auteur nous gratifie une nouvelle intitulée « Enfin L'Apocalypse », la cerise sur le gâteau pour ce bon petit bouquin. Mention spéciale pour la photographie de couverture par J.C Claeys qui illustre parfaitement l'atmosphère de ce roman.

 

Lien d'achat.

Commenter cet article