La mort putride - Fétidus

Publié le par Zaroff et l'infâme Léonox

Ce bouquin est un paradoxe. Il peut sembler très mauvais et rédigé avec les pieds... et une excellente base de travail pour un jeune auteur qui désire se lancer dans le gore. Pour ma part, je me suis plongé dans l'histoire avec délectation, malgré ses faiblesses évidentes. D'abord pour le décor : désert de l'Arizona et ses monts Growler. Puis ses personnages loufoques et risibles. Une journaliste qui passe le plus clair de son temps à poil (faut avouer qu'il fait chaud), une sorte de sorcier-démon nommé Wükkztôxqs qui dirige la confrérie de la Putréfaction Rénovatrice, des adeptes complètement azimutés du bulbe, un shérif, des mexicains migrants...

L'atmosphère est digne d'un Nécrorian sous ectasy. Délires nécrophages, chairs putréfiées... on peut dire que, dès le premier chapitre, c'est franchement dégueulasse. On ne saisit pas toutes les subtilités (origine de la secte, ses buts précis...), mais on s'en fout un peu. Le lecteur avide de cul et de sang en aura pour son pognon. C'est donc un bon petit bouquin qui joue son rôle et qui contentera le lecteur par son style direct au premier degré. Idéal pour se vider la tête en deux heures. Je tiens à rappeler, pour la énième fois, que Fétidus n'est pas un pseudo de Laurent Fétis (Brain Splash, "La cervelle contre les murs"), mais celui d'Yves Bulteau.

Commenter cet article