La dernière tombe - John Lange

Publié le par Zaroff et l'infâme Léonox

Peu de gens le savent, Michael Crichton (Jurassic Park, La sphère...) a publié des romans sous pseudonyme, entre 1966 et 1972, pour financer ses études à Harvard. On va surtout s'intéresser à celui de John Lange et la bonne idée de Robert Laffont de publier deux bouquins traduits avec couverture d'origine (collection Pulp Fiction).

Je ne vais pas vous mentir, l'illustration est accrocheuse mais n'a rien à voir avec l'intrigue. Barnaby, un égyptologue, découvre l'existence de la tombe d'un pharaon, en traduisant des hiéroglyphes. Demeurée inviolée depuis trois mille ans, il imagine le somptueux trésor qui doit se trouver dans la chambre funéraire. Il s'entoure d'une petite équipe (dont le journaliste Pierce qui devient le cerveau de la bande) et établit un plan d'action. Ils dressent un campement dans le désert et cherchent le lieu du tombeau durant des mois, tout en menant des fouilles officielles en parallèle pour tromper les autorités égyptiennes.

C'est bien écrit, la documentation remarquable et les personnages sont savoureux. Seul bémol, ça manque de vivacité et d'action. Ce livre de 1968 a la saveur d'un roman d'espionnage à l'ancienne sans les épices et le piquant. Néanmoins, on ne s'ennuie pas une seconde car le style intelligent de l'auteur parvient à embarquer le lecteur. Lange prend le temps de poser ses effets, surtout lors de la période de recherches. Pourtant, je préfère largement la gouaille d'un Charles Williams et la noirceur d'un Jim Thompson. John Lange, c'est plutôt pour le dessert.

Commenter cet article