Johnny Metal - Frank Harding (série Johnny Metal # 1)

Publié le par Zaroff et l'infâme Léonox

Afin de bien commencer notre catégorie dédiée à ce cher Léo Malet, nous allons nous intéresser à son cycle JOHNNY METAL, le célèbre journaliste du New York World, publié sous le pseudonyme de Frank Harding, série de six romans et deux inachevés, couvrant une période de 1941 à 1952. Je ne vais pas vous mentir : je possède l'intégralité des œuvres de Malet dans la collection Bouquins de Robert Laffont en cinq volumes. Pour des raisons esthétiques et culturelles, j'ai décidé d'orner mes articles par les éditions originales (souvent introuvables et hors de prix).

Durant la guerre, l'éditeur Georges Ventillard recrute des auteurs susceptibles d'écrire des romans policiers français avec des intrigues et décors américains, la censure interdisant l'importation de bouquins anglo-saxons. Dans la nouvelle collection "Minuit", Léo Malet rédige un premier roman sous le nom de Harding en juillet et août 1941 et tiré à 40 000 exemplaires en décembre. Un second opus intitulé "Excellent pour les nerfs" sera abandonné "par enlisement". On peut lire cet extrait dans le quatrième volume de la collection Bouquins, intrigue directement inspirée de "La moisson rouge" de Dashiell Hammett. En 1943, un troisième projet nommé "À bord du vaisseau fantôme" aura une parution incertaine et l'auteur ne réussira jamais à dénicher un exemplaire. Existe-t-il vraiment ? Mystère.

Numéro 6 de la collection "Minuit", le début de l'intrigue possède quelques faiblesses. Ça pue le cliché à plein nez et il ne possède pas l'âme d'un Chandler. Mais, peu à peu, l'intrigue s'étoffe et prend de l'ampleur. Pour un premier roman, la patte de Malet est présente. Les dialogues sont savoureux de cynisme (l'ombre de Burma se dessine) et le style est vif et intrépide. Meurtres en cascade, bonbons empoisonnés, femmes mystérieuses, Johnny Metal se retrouve vite suspecté par un confrère et la police le recherche. Une fois encore, son personnage se débattra parmi les suspicions pour faire éclater la vérité. Sous fond de révolte mexicaine et de gangsters teigneux, cette première aventure de Harding tient toutes ses promesses. Il faudra attendre 1945 pour la suite des Johnny Metal. Il faut préciser également que Malet utilisera Frank Harding pour deux autres romans consacrés à Mike Rowland et un dernier titré "Mort au bowling" en 1952. Nous y reviendrons un jour...

Commenter cet article