La mort quelque part - Maud Tabachnik

Publié le par Zaroff et l'infâme Léonox

La mort quelque part - Maud Tabachnik

Je poursuis les aventures de Sam Goodman avec ce deuxième opus. Mon avis est encore mitigé, comme celui de ma première lecture : Un été pourri.

Je peux même avancer que cette intrigue est encore pire que la précédente. Après son fiasco à Boston, Goodman est muté à Paris (surtout une mise au placard temporaire) dans le cadre d'un échange de policiers par Interpol. Il emménage dans l'appartement d'une cousine, dans le quartier Juif près du Marais. L'auteure n'évite pas les clichés en nous décrivant des policiers caricaturés à l'extrême : un Breton, un Corse et un Auvergnat. En fond de décor, un racisme outrancier envers les juifs et l'Amérique.

L'intrigue est basique : un poseur de bombes s'attaque à TF1 puis à d'autres victimes ciblées. On découvre rapidement l'identité du tueur, un pauvre type soignant une mère grabataire et paralysée. Un scénario idéal pour un Thierry Jonquet. Et on sent vite que l'auteure s'empêtre dans les rebondissements et le final devient ubuesque avec une virée dans les catacombes et un dénouement de l'affaire... grâce au vaudou ! Il faut noter que la journaliste lesbienne Sandra Khan ne fait qu'une brève apparition au dernier chapitre.

Malgré tout, l'écriture scolaire de Tabachnik procure quand même un rapide divertissement, parfait pour une lecture "fast food" durant les grandes vacances, allongé sur un transat. Le troisième opus que j'ai commencé se passe dans le désert du Nevada et me semble plus consistant. Affaire à suivre...

Commenter cet article