Dîner de têtes - Kââ

Publié le par Zaroff et l'infâme Léonox

À gore et à cris : Dîner de têtes, de Kââ.

Prévu à l’origine pour devenir le neuvième roman de la collection MANIAC (dans laquelle Pascal Marignac avait déjà fait paraître, sous le pseudonyme de Béhémoth, le terrifiant Voyage au bout du jour), Dîner de têtes connut une destinée singulière. MANIAC s’arrêta en effet au numéro huit, non sans avoir annoncé un Béhémoth supplémentaire intitulé Lésions irréparables. Or curieusement, si ce dernier trouva refuge dans la collection GORE dès 1990, l’auteur récupérant pour l’occasion son pseudonyme de Corsélien, Dîner de têtes dut attendre trois ans de plus pour voir le jour.

Ce roman ne fut donc publié qu’en 1993 au sein de la collection ANGOISSES, dirigée par Juliette Raabe, bien connue des amateurs de GORE, dont elle s’occupa à partir du numéro 89 jusqu'à son interruption en 1990. Hélas, ANGOISSES eut une durée de vie aussi éphémère que MANIAC, avec seulement neuf titres parus entre 1993 et 1994. Dont ce fameux et tant attendu Dîner de têtes, que Pascal Marignac décida finalement de signer… Kââ. Kââ le serpent noir et rouge, dont la langue d’une implacable précision avait déjà infligé à l’époque d’irréparables lésions à ce qui restait du Néo-Polar français.

Kââ qui, tel un assassin revenant sur les lieux de son crime, définit ici à lui seul ce qu’on peut attendre d’une collection intitulée ANGOISSES. Le vieil homme aux grandes dents jaunes roule en Bentley. Il sillonne les routes de campagne à la recherche de proies. Des proies qu’il emmène dans sa propriété décrépite. Et qu’il décapite à l’aide d’une guillotine cachée dans sa cave. Une nuit, le vieux rencontre Khader. Khader lui plaît. C’est un garçon perdu et sensible. Et sans doute un peu fou, aussi. Alors les têtes continuent à tomber de plus belle. Puis sont envoyées dans un carton à chapeau au juge d’instruction Renaud Klodarec.

Pendant que la police cherche, le tueur trouve. Et Khader l’accompagne, à la fois fasciné et horrifié par sa propre descente en enfer. Jusqu’au jour où le vieux décide de le récompenser. La récompense s’appelle Carole. Carole est ce genre de fille qu’on paye. Cher. Si cher que les marges dégagées par son travail permettent de lui offrir un ange gardien. Sentant l’étau se resserrer, l’homme aux dents jaunes abandonne ses cadavres étêtés. Puis prend la fuite avec Khader, et Carole qu’il a décidé d’épargner. Leur périple les mènera dans un port battu par la pluie et les vents. Et bien sûr l’histoire se terminera très mal.

Dîner de têtes est donc le roman idéal pour découvrir l’univers de Pascal Marignac. On y retrouve le nihilisme glacé de ses Polars, ainsi que les effroyables excès de ses romans les plus sanglants. Sans compter ce style unique, saisissant mélange d’élégance et de brutalité pour mieux dire l’indicible. Les charognards ne s’y sont d’ailleurs pas trompés : il suffit de regarder la cote qu’atteint désormais ce livre sur les sites d’occasion. Hélas, il ne s’agit pas d’un cas isolé, car la plupart des Kââ/Corsélien sont presque introuvables.

Voilà pourquoi je conclurai cette chronique par un message que j’ai adressé aux rédacteurs de La Tête En Noir : « Puisque nous en sommes à former des vœux, en voici un, lancé comme une bouteille à la mer. J'aimerais qu'un éditeur avisé (il me semble qu'il y en a encore quelques-uns) aille profaner la tombe du Fleuve Noir et en extirpe les restes du regretté Pascal Marignac. Les œuvres complètes de cet homme-là réunies en de beaux omnibus rouge sang, voilà mon rêve. » C’était en janvier 2015. Et aujourd’hui, je persiste et s(a)igne.

Chronique initialement publiée dans La Tête En Noir n° 177, novembre / décembre 2015.

Commenter cet article

Schootswater 05/06/2016 12:18

Cher Léonox, L'éditeur Rivière blanche annonce la parution prochaine de deux volumes de textes de Kââ/Corsélien ; serais-tu pour quelque chose dans cette bonne nouvelle ?

Léonox 06/06/2016 13:03

Tu es très perspicace, mon ami.
En effet, je suis à l'origine de ce qui est désormais bien plus qu'un projet. J'y travaille d'ailleurs en ce moment même. Plus de précisions à ce sujet très bientôt.
Merci pour ta visite, ainsi que pour ce message.