Le village des ténèbres - David Coulon

Publié le par Léonox

 

Nouvelle fenêtre sur l’horreur : Le village des ténèbres, de David Coulon.

 

Après le remarquable (et remarqué au point d’avoir été réédité en poche par Actusf dans la collection Hélios Noir) Dernière fenêtre sur l’aurore, David Coulon persiste et signe avec un deuxième roman noir paru chez Les Nouveaux Auteurs. Et le moins que l’on puisse dire est que le bandeau ornant le livre met tout de suite en appétit. « Prix VSD du Polar 2015 » et « Coup de cœur de Franck Thilliez ». Rien que ça. De quoi susciter certaines attentes. Et de quoi tirer un grand coup de chapeau à l’auteur quand on constate qu’elles ne sont pas déçues.

Mais commençons par le commencement. Luc, jeune gendarme, s’ennuie ferme dans ce petit village perdu en plein massif de Champsaur où il a été affecté il y a un an. Son amie Julie est restée à Nice, ville dont ils sont tous deux originaires, et la situation devient pesante. Jusqu’au jour où Luc réalise que sept personnes ont disparu dans la région depuis six mois. Étrangement, son supérieur hiérarchique n’accorde guère d’importance à ce phénomène, bien que d’inquiétantes rumeurs circulent dans la région. Mais s’agit-il vraiment de rumeurs ?

Cependant, tout ça ne préoccupe pas Jean-Marie Lorey, meilleur commercial du groupe Agro World. Lui aussi se trouve dans les parages, missionné qu’il a été par son directeur pour acquérir de toute urgence une source d’une pureté apparemment rarissime. Et Jean-Marie Lorey a d’autres soucis en tête. Il pense au jeu en ligne auquel il est devenu accro depuis le départ de sa femme. Et depuis… Sabrina. Il pense que sa vie ne ressemble plus à rien, et il a raison. Il pressent que tout finit par se payer. Et sur ce point aussi, il a raison.

Quant à Julie, elle est inquiète, car Luc est injoignable. Très inquiète, même. Au point qu’elle décide d’aller voir par elle-même ce qu’il est advenu de son compagnon. C’est alors que le roman bascule dans l’horreur. En effet, les rumeurs ont très souvent un fond de vérité. Et si les anciens du village évoquent des sorcières cachées dans la forêt, la réalité est en fait encore pire. Mais l’impensable vérité ne se dévoilera qu’au bout d’un long chemin de croix, durant lequel les trois protagonistes principaux vont souffrir mille morts.

Doté d’une structure en trois parties, dont la deuxième fait rimer en permanence éprouvante avec épouvante, Le village des ténèbres apparaît comme la fusion réussie de plusieurs courants majeurs. Quelque part entre les mythiques collections « Angoisse » et « Gore » du Fleuve Noir, le roman rappelle aussi parfois des genres cinématographiques comme le Survival et le Torture-porn. Rédigé dans un style impeccable et ponctué de trouvailles formelles formidables (David Coulon utilise les parenthèses d’une façon qui n’appartient qu’à lui), ce récit terrible promène le lecteur de Charybde en Scylla pour mieux l’achever, dans tous les sens du terme, par une conclusion glaçante.

David Coulon transforme donc avec brio l’essai de Dernière fenêtre sur l’aurore grâce à ce Thriller puissant. Et puisqu’un bonheur n’arrive jamais seul, il se pourrait bien qu’un autre livre de son cru soit paru en 2015. Mais il vous faudra chercher un peu pour mettre la main dessus, car selon mes sources il l’aurait signé sous pseudonyme. C’est que l’homme est aussi facétieux que talentueux, ce qui n’est pas peu dire. Gageons d’ailleurs que tout ceci n’est qu’un début, car David est aussi un brillant nouvelliste, et il dispose d’ores et déjà d’un recueil finalisé. Il serait surprenant que ces récits courts restent inédits encore longtemps.

Chronique initialement publiée dans La Tête En Noir n° 175, juillet / août 2015.

 

Relire la chronique de Zaroff.

Commenter cet article

C
Superbe chronique.<br /> J'ajouterais que ce roman se suit sans qu'à aucun moment, il ne soit possible d'en deviner la fin. C'est une grande qualité pour un thriller.
Répondre
L
Merci beaucoup pour ton passage, et pour ton commentaire.<br /> Et tu as tout à fait raison : j'ai aussi été bluffé par la fin. Jamais je ne me serais douté d'un truc pareil. David Coulon est décidément un sacré client.<br /> Et son prochain roman ne devrait pas être piqué des vers non plus. Mais il faudra encore attendre de longs mois avant de le découvrir, car il est en train de l'écrire...