Léonox, le monstre des ténèbres - Paul Béra

Publié le par Zaroff et l'infâme Léonox

Léonox, le monstre des ténèbres - Paul Béra

Plongeons un peu dans la mythique collection Fleuve Noir Angoisse en parcourant la série consacrée à Léonox, le personnage phare de Paul Béra. Six aventures sont consacrées à ce mystérieux homme-démon. Ce premier volet date de 1971 et, chose curieuse, sur la page de titre est indiqué « Claude Bérat » pour désigner l'auteur. Ce ne sera plus le cas pour les autres suites.

Au premier abord, l'intrigue semble linéaire et redondante. Mais, après quelques chapitres, on commence à se prendre au jeu, malgré le style vieillot et ampoulé de Béra.

Un assassin nommé Lacana est recruté par un certain Léonox de la « Compagnie Léonox et Cie ». Cet homme étrange est guidé par un Maître par un lien télépathique. Il invite Lacana à l'enfermer dans un cercueil, près d'un cadavre encore frais. Peu après, Léonox sort de la bière avec une nouvelle identité. Cette nécro-métamorphose permet au « receveur » d'avoir un nouveau corps, de nouvelles empreintes digitales et de confondre la police. Lacana expérimente également le procédé et prend les traits d'un ami d'enfance, Francis Dalvant, journaliste porté disparu lors d'un reportage au Vietnam.

Lacana alias Dalvant comprend vite qu'il est tombé dans un piège. Il chute dans une oubliette et parvient à s'enfuir. Dans sa fuite éperdue, il rencontre Lisa et le policier Princex (ami et parrain de Dalvant). Léonox les traque et les deux hommes sont enterrés vivants dans un caveau.

L'auteur ferre le lecteur le plaçant dans les pensées et gestes de Dalvant. C'est un roman immersif aux trames psychiques très diverses. Léonox a pris l'apparence d'un médecin, responsable de l'Institut International de la Santé Publique chargé du contrôle des épidémies mondiales et de la production et acheminement des vaccins. Lisa, la belle spirite aux yeux d'encre, comprend alors qu'une sombre machination se trame. Dalvant décide de tuer le docteur, mais Celui qui dirige Lisa en a décidé autrement...

Commenter cet article