La galerie des horreurs - Patrice Lamare

Publié le par Zaroff

 

Unique roman de Patrice Lamare, alias Patrice Herr Sang, dans la collection GORE. Cet "activiste culturel" (voir l'interview consacrée à cet auteur dans GORE, dissection d'une collection par Sam Guillerand) rend un bouquin puissant et formidablement addictif. Je le place direct dans les meilleurs gory de la collection.

Preuve que cet écrivain hors-circuits est talentueux, j'ai ressenti diverses influences stylistiques dans l'intrigue. Le premier paragraphe se passant dans un commissariat parisien est typiquement simenonien. Puis on frôle du G.J Arnaud avant de sombrer dans du H.G Lewis. On peut rapprocher l'intrigue à "Colore-moi rouge sang" même si l'auteur assure qu'il s'est inspiré de son entourage peuplé d'artistes délirants. J'ai également songé à Nécrorian pour le côté couple sanglant, comme le terrifiant duo Murderren de Blood-sex. Ici, nous avons affaire avec Ugo Lugosi et son chauffeur Bela Batori. Ugo est un artiste total bouffé par un délire psychotique et sanguinaire. Avec son complice, il attire des victimes dans une villa isolée. Le sous-sol cache des salles carrelées où l'artiste puise son inspiration criminelle.

Des jeunes femmes disparaissent, un aveugle, un couple échangiste... et tout un arsenal est déployé pour mutiler les corps : tronçonneuse, hache, explosifs, barres de fer. Les violences sont explicites et décrites avec un soin particulier. Le final nous offre un vernissage digne d'une atmosphère à la Kathe Koja et les dérives obsessionnelles au service de l'Art. C'est un bouquin magnifique, cruel, sordide et le détachement de l'artiste face à ses expérimentations fait froid dans le dos. La narration est parfaite, le scénario intraitable, les personnages brossés avec justesse et les bases du torture porn sont judicieusement esquissées. Merci M. Lamare pour ce beau moment de lecture.

Commenter cet article