Glacé - Bernard Minier

Publié le par Zaroff

 

Thriller imposant de 500 pages se passant dans les Pyrénées. C'est le premier roman de Bernard Minier mettant en scène le commandant Martin Servaz. La découverte d'un cheval décapité à deux mille mètres d'altitude assure un prologue puissant et visuel. Le style de l'auteur est un peu "ampoulé" et poussif par moments. Mais je dois admettre que les intrigues et les rebondissements sont légion et Minier prend le soin de décrire les effets climatiques, les troubles psychologiques de certains personnages.

Usine hydroélectrique, Institut renfermant des psychopathes violents, colonie de vacances désaffectée, montagnes enclavées... l'ambiance est angoissante à souhait. Néanmoins, je regrette que certains personnages ne soient pas plus approfondis. Je pense notamment à la psychologue Diane, l'adjointe Samira ou encore Margot, la fille du commandant. J'ai aimé le caractère atypique de quelques protagonistes : l'homosexualité de Vincent (l'adjoint geek) et de Irène (la gendarmette), la relation trouble et ambiguë avec Charlène (la femme de Vincent), le passé violent de Servaz... On devine que l'univers de Minier ne demande qu'à s'accroître dans les deux autres opus "Le cercle" et "N'éteins pas la lumière". Le plus gros défaut, à mon avis, est la relation entre Diane et Hirtmann, la psychologue contre le tueur en série. Elle n'a pas la puissance de feu d'un Thomas Harris dans "Le silence des agneaux".

Malgré tout, je veux donner une chance à cet auteur (déjà traduit à l'étranger) car ce Servaz mélomane (disciple de Gustav Mahler), lettré, intelligent et possédant des failles morales me semble posséder un potentiel prometteur. La lecture des deux autres volumes me donnera raison... ou pas ! Affaire à suivre.

Commenter cet article