Bloodfist vu par David Didelot

Publié le par Léonox

 

David Didelot, fondateur du remarquable fanzine Vidéotopsie, est un véritable expert de la collection Gore. Fort logiquement, il s’est donc jeté sur les romans TRASH comme un mort de faim. Et il a aimé ce qu’il a lu. Au point de réaliser six chroniques, dont celle-ci, qu’il a intégrées au sommaire de son extraordinaire ouvrage Gore, dissection d’une collection.

Troisième et dernière tranche de cette première livraison Trash, "Bloodfist" pourrait bien déstabiliser l’amateur de barbaque prédécoupée… Le bien nommé Schweinhund n’avait pas non plus pour objectif de servir un roman gore classique et premier degré : « Trash est un laboratoire, un terrain de jeux, où j’essaie de proposer plusieurs niveaux de lecture, en faisant mal à la langue. ». Nous voilà prévenus… A mi-chemin, donc, entre le roman d’horreur populaire – tendance Collection Gore – et le récit plus expérimental (plus « arty » si l’on veut être désagréable…), "Bloodfist" emprunte surtout à l’ambiance glauquissime et à la narration tortueuse des œuvres extrêmes d’un Peter Sotos.

Véritable descente dans les enfers d’une psyché détraquée – dont l’acuité met en lumière la crasse, l’ordure et la bêtise du monde qui l’entoure – "Bloodfist" raconte l’errance psychotique et fantasmatique d’un esprit déglingo, celui de son narrateur adolescent, tueur en série qui s’affronte à une espèce de secte SM et à son mystérieux gourou, « l’homme aux pigeons »… Entre les rêveries mortifères, les étranges rencontres (celle de la mystérieuse L…, créature « corsélienne » dans l’âme !) et les délires sanguinaires de notre « héros », peu de respirations, peu de prises offertes au lecteur qui voudrait se raccrocher aux canons classiques d’un récit plus linéaire… Non, l’intérêt de "Bloodfist" n’est pas dans son « histoire » ou ses rebondissements, non moins que dans ses passages vraiment gore (encore que l’on frissonne quand même à ce fistfucking très « blood » !).

Schweinhund préfère plonger dans l’esprit trouble de son narrateur, avatar punk d’un John Doe ("Seven") ou d’un Rorschach ("Watchmen") lorsqu’il conchie « cet humanisme correctement gluant et contre-nature imposé par les dictatures sociales-démocrates occidentales de la fin du vingtième siècle. » (p. 72). Là, pour le coup, on n’est pas loin d’être d’accord avec notre serial killer ! Véritable feu d’artifice stylistique (parfois un peu « self conscious »…), "Bloodfist" bouscule son lecteur, le bringuebale d’un oxymore à une antithèse, d’un paradoxe à une homonymie, d’une métaphore à une paronomase, explorant constamment le double-fond des mots, leurs signifiés cachés… Schweinhund voulait faire mal à la langue, il lui fait du bien ! Hypnotique et dérangeant, "Bloodfist" est un roman assez rare et original pour mériter plusieurs lectures… Une expérience littéraire unique !

Commenter cet article