Présentation de Philippe Ward (Magie rouge)

Publié le par Léonox

 

Le compagnon de l’ombre : Philippe Ward, l’auteur.

 

D’aucuns estiment que les activités éditoriales de Philippe Ward sont un peu l’arbre qui cache la forêt, et ils n’ont pas tout à fait tort. En effet, l’homme est aussi écrivain, même si sa production personnelle s’est un peu ralentie pendant plusieurs années en raison de la densité grandissante du catalogue qu’il dirige. Il n’en reste pas moins que nous lui devons une dizaine de romans et un nombre impressionnant de textes courts, dont quelques-uns ont trouvé une place parfaitement justifiée dans les collections « Blanche » et « Noire » de Rivière Blanche.

La fontaine de jouvence, une des premières parutions de l’éditeur, rappelle irrésistiblement la formidable collection « Aventures et mystères » du Fleuve Noir. Mêlant Action, Fantastique et Science-fiction, ce roman au doux parfum d’exotisme fait merveille en transportant le lecteur dans d’étranges contrées où certains mythes sont encore bien ancrés dans la réalité… 16, rue du Repos et Artahé, disponibles quant à eux dans la collection « Noire », témoignent du goût de leur auteur pour un Fantastique plus sombre. Thriller, Épouvante et Horreur sont ici convoqués, afin de mieux offrir à la petite sœur de la mythique « Angoisse » deux récits envoûtants et singuliers. Que ce soit en plein Paris ou dans un petit village pyrénéen, Philippe Ward évoque (invoque ?) de dangereuses créatures issues du fond des âges, dont l’irruption dans le monde contemporain n’est pas sans susciter de terribles interférences…

Impossible de ne pas mentionner en outre la vingtaine des nouvelles qui a été recueillie dans l’extraordinaire recueil Noir duo, toujours chez Rivière Blanche. Pourquoi extraordinaire ? - Parce que ce livre est double, voire triple : fruit d’une collaboration avec Sylvie Miller, il présente alternativement le meilleur de chacun des deux écrivains, ainsi que la fusion de leurs deux plumes. - Parce que le résultat est d’une grande richesse thématique, et puise à la source de tous les « mauvais genres » pour mieux en exfilter le nectar. - Parce que ces seize textes forment ensemble une sorte de « biographie bibliographique » des auteurs : ils sont leurs influences, mais aussi et surtout leur empreinte, éminemment personnelle. - Parce qu’enfin cet ouvrage est doté d’une « folle préface » où cent treize (113 !) contributeurs vous peindront bien mieux que moi la pâleur des bibliothèques où ne figure pas encore le Noir Duo

Deux voies. Deux voix. Mais un même amour de la littérature populaire, une même générosité, un même saut dans l’inconnu, que nous avons eu le plaisir de retrouver dans la série Lasser, détective des dieux, toujours coécrite avec Sylvie Miller. Trois tomes sont parus en l’espace de deux ans aux éditions Critic, et ont été salués par un bel accueil public et critique. L’ensemble du volume initial a reçu le prix Imaginales 2013 dans la catégorie Nouvelle, tandis que les deux premiers ont été distingués par le prix Actusf de l’uchronie lors des Rencontres de l’Imaginaire de Sèvres quelques mois plus tard. Une carte de visite impressionnante, qui devrait encore s’étoffer dans les années à venir, car la série Lasser est loin d’être terminée. Ceci sans compter que Philippe Ward a aussi trouvé le temps d’écrire un réjouissant roman gore, qui vient de sortir chez les mécréants de TRASH Éditions. Après la magie noire et la magie blanche, voici venir la Magie rouge ! Le tout alors que la Rivière Blanche vient de fêter ses dix ans d’existence, et que notre homme ne semble nullement disposé à mettre aucune de ses nombreuses activités entre parenthèses. Mais comment fait-il ?

Commenter cet article