Ballade pour un glandu - Yann Menez

Publié le par Zaroff

 

Soyez heureux ! On veille sur vous, sur votre nourriture quotidienne, vos loisirs, votre sexualité, votre sommeil, vos états d’âme. Souriez ! Vous êtes beaux, jeunes, dynamiques. On a tout fait pour ça : ravalé votre pauvre gueule, affiné votre silhouette dégueulasse… Souriez ! Souriez ! Souriez ! Et si vous n’aimez pas ça, vous avez toujours la possibilité de vous barrer en forêt. Une vie libre, pimentée, dangereuse… Si vous y laissez la peau, c’est pas grave. Faut bien mourir de quelque chose, non ? Vous râlez, en plus ? Pauvre glandu…

Mon avis est mitigé sur ce roman. Une cité aseptisée, des Psycho-prêtres pour vous faire la morale, le Pouvoir Démocratique à Visage Humain est là pour vous faire vivre mieux. Rolf ne supporte plus cet état végétatif et décide de s'enfuir dans la forêt en parvenant à éviter le tir des Défenses Extérieures. Peu après, il s'associe à une bande et sème la mort. Mais leur survie est précaire... pour de multiples raisons.

L'écriture est simple et écrite au présent. Ça se lit bien malgré une intrigue linéaire et convenue. On peut regretter une fin trop rapide également. Au final, c'est un bon petit bouquin qui ne vous laissera pas un souvenir impérissable. Mais il tient son rôle de littérature populaire et vous fera passer deux bonnes heures agréables. Si vous aimez ce style de récit d'anticipation, je vous conseille plutôt de lire "Le son du cor" de Sarban.

Commenter cet article