Ramirez vs Davidoff

Publié le par Zaroff et l'infâme Léonox

Encore une belle chronique de David Coulon. Merci à lui !

"Bon, ah y est, j'ai fini "Night Stalker ! Alors, amateurs de Marc Lévy, passez votre chemin. Il y a des meurtres bien crades, des branlettes dans des paquets de céréales, des bébés morts, et plein d'autres images bien réjouissantes. Le camarade Zaroff signe là son premier roman chez TRASH Editions les bien nommées ! Nous voilà plongé dans une bonne série B, avec un tueur en série s'inspirant de la vie et l'oeuvre de Richard Ramirez, qui trucide et sodomise à peu près tout ce qu'il croise sous fond d'ACDC. Ajoutez des flics bien nazes, mélangez, préparez votre sac à vomi, et ouvrez la première page !
Voilà un bon petit thriller, fichtrement bien troussé, qui se lit d'une traite sans que l'on arrive à lâcher le bouquin. Et pourtant, Zaroff ne nous épargne aucun détail. La distanciation n'existe pas dans le bouquin, le tueur franchit des paliers dans l'horreur, et on les franchit avec lui. Le pire est que, lors de ces moments-là, on n'a qu'une envie : continuer à lire et plonger encore plus dans l'abîme. Zaroff crée un nouvel effet "page turner", qui n'est pas seulement bâti sur le suspense, mais sur la fascination porno-gore qu'il arrive à nous procurer. Car ce n'est pas l'enquête en elle-même qui est intéressante (elle aurait d'ailleurs gagnée à être plus approfondie de mon point de vue), mais bel et bien cette description clinique, et pourtant chaleureuse (!!!) des tréfonds tordus des esprits humains (tueur en série et flics confondus). Et cette description-là est fichtrement bien fichue. De même que la scène finale qui est une tuerie dans tous les sens du terme ! A quand le prochain, Zaroff ?"

Commenter cet article

Léonox 26/05/2014 20:11

David Coulon aime TRASH. Et TRASH le lui rend bien.
Alors lisez Night Stalker ET Dernière fenêtre sur l'aurore.