Les douze heures de la nuit - Lester L. Gore

Publié le par Zaroff

 

 

C'est le recueil d'un pote qui écrit merveilleusement bien. Déjà paru en fichier numérique, il est désormais disponible chez les éditions Cécile Langlois : http://www.editionslangloiscecile.fr/catalogue/

Voici ma chronique de l'époque :

Lester L. Gore plonge le lecteur dans un récit lovecraftien dès le premier texte "Dans la peau." Un dermatologue reçoit en pleine nuit une jeune femme terrorisée. Sur son corps, une abomination est tatouée sous son sein. Dagon étend son emprise sur le corps de la femme et le médecin reste impuissant. Que devient la science face à l'innommable ? Le dermatologue va en payer le prix. J'ai toujours rêvé d'écrire une nouvelle mettant en scène les prémices du fascisme et Lester a dépassé toutes mes espérances avec cet incroyable récit (le meilleur du recueil à mon sens) où le jeune caporal Hitler devient "Le Berserker" d'un dieu nordique maudit nommé Baldrung. Après avoir été remarqué lors d'un meeting dans une brasserie, un baron l'invite à dîner chez lui. Cet aristocrate est de la société de Thulé et il possède d'étranges reliques. Hitler deviendra le réceptacle au prix d'un sacrifice humain. C'est tout simplement une nouvelle magistrale et je pèse mes mots. On retrouve le thème de la féline (Jacques Tourneur) dans "Métamorphoses." C'est empreint de poésie dans un ton à la Seignolle et Gilles Bergal. On peut aussi citer La vouivre de Aymé. Toutes ces influences donnent un conte revisité par Lester qui ne laisse pas indifférent. Le récit suivant, "Léo", est plus sordide car il met en scène une fillette battue et violée par son père divorcé, chanteur raté, alcoolique et drogué. Au plus fort de la violence, la vieille peluche d'Alison va réagir... "Le sanctuaire" est une histoire fantasy nettement plus longue. Elle relate la guerre du petit Peuple pour empêcher la construction d'un Centre sur un lieu ancestral. Ce récit est teinté de "Rumeurs sur le Rouergue" de Tardi et de "Faërie" de Feist. Quand le jubilatoire affronte la féérie sous des travers politico-financiers, l'ensemble forme un sacré bordel Arthurien. Dans les années cinquante, un cryptozoologue se rend au Congo dans une tribu de pygmées. Il entend parler du "Dernier des Mokélés", une créature de la jungle. Mais comment expliquer au chef qu'il s'agit d'un monstre du Jurassique si l'on se fie aux descriptions de la tribu ? Hélas, les pygmées vont jouer un sale tour aux projets du scientifique. Lester revisite le mythe du Monde Perdu avec une touche d'humour. Nous changeons de registre avec "Dans le reflux du temps" et le thème du voyage dans le temps. Un pilote d'avion traverse un étrange nuage et s'écrase en mer. Il est sauvé par un galion du seizième siècle avec, au fond de sa cale, un fabuleux trésor. L'homme laissera un indice pour prouver son témoignage quatre siècles plus tard ! Un homme responsable de la mort accidentelle d'un enfant subit la vengeance du dieu anaconda dans "La mort sinueuse" tandis que dans "Gibier", un chasseur traque un animal bien singulier : l'homme. Quel est donc ce chasseur à la suprématie déjouée par une espèce plus forte ? On approche du sublime avec le récit suivant "Der Nachrichter." À Valençon, un officier SS arrive dans la garnison pour y remettre de l'ordre. Il s'occupe d'une famille juive, les Morowitz, dont le doyen est sculpteur. Vous mélangez "La forteresse noire" de F.P Wilson, "Les inhumains" de Brussolo et "Le golem" de Meyrink et vous obtiendrez un breuvage à la Lester ! Cependant, pour le lecteur avisé, le récit perdra un peu de son suspense mais il aura le mérite de subjuguer et d'étonner les autres. "Guérison" est un conte à la Matheson teinté d'humour noir. Un homme est admis à l'hôpital psychiatrique. Il errait dans la campagne et affirmait être un homme venu d'ailleurs. Son Q.I est exceptionnel mais le médecin doute quand même. La DGSE dépêche un agent pour recueillir sa science du futur. Mais le docteur a déjà pratiqué son traitement. Hélas, nous arrivons à la douzième et dernière nouvelle avec "L'Anneau de Seth" où nous retrouvons l'univers psychiatrique. Après avoir chiné un anneau dans une brocante, un homme a d'étranges rêves macabres se passant dans l’Égypte Antique. Des prêtres psalmodient le nom d'un dieu de l’Égypte primitive : Seth. Formidable moment de lecture. Lester est un triptyque à lui seul : BR Bruss, Matheson et Lovecraft. Il parvient à surprendre le lecteur par des récits intenses, incisifs et surprenants à la trame équilibrée et documentée. Et, pour une somme dérisoire, vous seriez d'infâmes idiots de vous en priver. À lui de se magner le derche pour nous sortir un second recueil !

Commenter cet article