Dernière fenêtre sur l'aurore - David Coulon

Publié le par Zaroff et l'infâme Léonox

Dernière fenêtre sur l'aurore - David Coulon

Il y a cet immense bunker isolé où quatre hommes retenus captifs sont systématiquement avilis et torturés.Il y a la belle Aurore Boischel, dix-huit ans, jeune fille de bonne famille, qui gît sur son lit, morte. Assassinée. Il y a ce détective privé embauché par un inconnu pour filer... un policier. Et il y a Bernard Longbey, le flic revenu de tout, qui sait que la petite bourgade de Bois-Joli est devenue une toile de mort et de folie où l’araignée attend sa proie...

Vous dire que j'ai aimé ce roman noir serait un mensonge. Je l'ai littéralement dévoré. Non seulement pour l'intrigue mais surtout pour le style psychanalytique de l'auteur David Coulon. Un flic de la Brigade de Protection des Mineurs se consume de l'intérieur. Lentement. Sous fond de pédophilie et de tortures, la vengeance est la trame principale. Bizarrement, j'ai pensé à certains effets sordides de Tchao Pantin et le personnage de Coluche. Une détresse visuelle où l'espoir n'a plus de mise. C'est un roman très bien construit où la folie prend une ampleur incomparable et sinistre.

On peut regretter que le bunker ne soit pas plus exploité, notamment ce que vivent les protagonistes, mais il est certain que le lecteur adepte du polar urbain et du thriller sera largement repu par ce style sec et tranchant à la Jonquet. Une belle découverte et on peut remercier vivement les Éditions Asgard et la magnifique illustration de Philippe Jozelon pour ce roman marquant et abouti.

Commenter cet article

ZAROFF 21/02/2014 08:12

J'ai vraiment aimé ce style détaché et froid qui parvient à essaimer quelques touches mélancoliques. La poésie du noir est très difficile à atteindre et David y est parvenu avec brio.

Léonox 20/02/2014 09:47

Belle chronique.
Je suis vraiment content que ce sacré bouquin t'ait plu.
Mais commençant à connaître un peu tes goûts, je n'avais pas trop de craintes.
C'est un bon, le David.