Emoragie - Brain Salad

Publié le par Zaroff

 

Lorsque la nuit tombe sur Londres, les monstres sortent… Car, de nos jours, la magie existe. Ni balai volant ni baguette magique : les sorciers dégénérés sont les mutants de l'underground. Face à eux, ceux qui les nettoient car personne ne doit savoir… Extrait : L’appartement s’apparentait à un énorme abattoir aux faïences ébréchées. Tranchées dans le sens de la longueur et emballées sous plastique, des carcasses humaines pendaient aux crochets rouillés. Le cadavre d’une gamine nue reposait sur un plan de travail ; un géant à tête de taureau la fendit en deux d’un coup de hachoir.

Ce premier roman de Brain Salad (connu aussi sous le nom de Willy Favre) est une réelle réussite. Je ne suis pas ici pour brosser le dos des copains dans le sens du derme et ce blog est fait pour rendre des modestes avis éclairés et ressentis de mes lectures. Donc, ce roman atypique est une réussite. Réussite visuelle, réussite intemporelle, réussite de genre et réussite de fond. Ce fatras underground londonien est un savoureux cocktail de multiples influences. C'est comme si vous mixiez du Paul Féval, du Clive Barker, du Gaiman, du Dickens, du Koja, du Powers, du Cybersix, du Brown (Fred et pas Carter... suivez un peu, bordel !) et que ce mélange volatile serait destiné à faire vomir Harry Potter !

Donc, ce roman est une réussite. De l'émo-punk vengeresse, des créatures lovecraftiennes, des ambiances hardcore, des trouvailles incroyables et des destins qui se croisent dans le sang et la magie. Si je ne me retenais pas, je crois bien que ce Emoragie est mon préféré de la collection. Pourquoi ? Parce que ce bouquin n'est pas dans mes habitudes et que j'ai été surpris. Et j'aime être surpris dans ce monde vil et fade. Du coup, je veux une suite. Vite. Pitié !

Commenter cet article